Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2014

Pauvres jeunes dans le monde de 2015!

J’entends souvent autour de moi  critiquer « les jeunes », groupe informel, incompris, voire inquiétant. Ils ne veulent soi-disant ni travailler ni s’intégrer dans la société, seulement se distraire, profiter et dépenser!

C’est dans des lettres journalières de la chronique Agora que j’ai trouvé les informations suivantes. Cette lettre dite «  financière » aborde tous les problèmes de société et son fondateur, Bill Bronner, analyse finement la réalité de notre monde avec humanité…  et nombreuses critiques.

J’ai été très sensible a sa lettre « Chômage, immobilier, dette… Les jeunes n’ont pas la vie facile » où il écrit: « Nous avons six jeunes adultes dans la famille, dont les âges vont de 21 à 36 ans. Seul l’un d’entre eux a sa propre maison. Seul l’un d’entre eux est marié. Seul l’un d’entre eux a des enfants….Les jeunes essaient d’entrer sur le marché du travail et se cassent le nez sur la porte. C’est pour cette raison que le chômage des jeunes (âgés de 20 à 25 ans) dépasse les 50% en Espagne, les 22% en France… et qu’aux Etats-Unis, il est le double du taux de chômage général….Depuis 1974, le revenu brut du groupe des 25-34 ans, en tant que pourcentage de la médiane, a chuté de plus d’un quart aux Etats-Unis. Ce qui laisse de plus en plus de jeunes vivant avec leurs parents ». 

Car il y a aussi la charge financière liée au remboursement de leur crédit, emprunts pour financer leurs études! Entre 2007 et 2013, la dette des étudiants américains est passée de 548 milliards à 1000 milliards de dollars. Les droits d’inscription dans les universités depuis 2008 ont augmenté de 18% par an et peuvent atteindre 60000$ (dans une cinquantaine d’universités américaines). Et  jusqu’en 2013,  le taux de crédit garanti par l'État fédéral pour les étudiants remplissant certaines conditions de ressources était de 3,4 %, ce taux a été doublé depuis le 1er juillet 2013 pour s'élever dorénavant à 6,8 %.

 D’où un endettement moyen de 25 000 dollars qui représente 60 % du salaire annuel moyen d'un jeune diplômé du supérieur aux États-Unis, et qui peut monter jusqu'à plus de 75 % selon les États.

Obama a fini de payer son prêt étudiant lorsqu’il est devenu Président des Etats Unis. Et il n’est pas le seul! 

 

Car, ce défaut de paiement n’affecte pas seulement les jeunes adultes. La dette étudiante  des plus de 65 ans a atteint en 2013 aux États-Unis quelque 18,2 milliards de dollars, (selon un nouveau rapport du Government Accountability Office (GAO), l’équivalent de la Cour des comptes en France). La plupart de ces personnes âgées ont emprunté pour rembourser leur propre éducation,  même pas celle de leurs enfants ou de leurs petits-enfants, Plus de la moitié des plus de 75 ans sont en défaut de paiement sur les prêts étudiants.

Donc, pour récupérer son argent, l’État américain ponctionne les retraites des plus de 65 ans n’ayant toujours pas achevé de rembourser leur prêt étudiant. Et pourtant les retraites, en Amérique sont souvent bien faibles.

Face a tant de non remboursement, les milieux financiers craignent  que çà n’engendre bientôt  une crise aussi grave que  celle des supprimes?

Décidement quelque soit le pays où on vit, il ne fait pas bon être jeune a notre époque! Mais est ce plus facile d'être retraité, s'il faut  rembourser jusqu'à la mort des emprunts qui n' ont pas permis d'acquérir l'aisance souhaitée!

22/11/2014

Réflexions sur la Jeunesse et la Vieillesse.

ll est bon de garder une trace de tout ce qui nous intéresse, de  prendre des notes, de les lire et les relire.  Il faut seulement qu’elles soient  bien classées quand on les accumule depuis des années. Je me rappelais avoir copié un texte qui définissait  excellemment  ce qui oppose la jeunesse à la vieillesse. Je l’ai facilement retrouvé, malheureusement je n’avais pas indiqué l’origine. En tout cas son auteur résume mot pout mot ce que je pense.

On peut-être vieux à 20 ans et jeune à 90.

C’est un phénomène que je constate de plus en plus souvent chez les gens que je côtoie. Trop de vieux se laissent vieillir en disant " a quoi bon?",  trop de jeunes adoptent facilement un comportement et des jugements de vieux, sans aucune imagination, sans aucun enthousiasme. Car, d’après l’auteur de ces lignes:

 

- La jeunesse n’est pas une période de la vie, elle est un état d’esprit, un effet de la volonté, une qualité de l’imagination, une intensité émotive, une victoire du courage sur la frilosité, du gout de l’aventure sur l’amour du confort. 

- On ne devient pas vieux parce qu’on a vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal. Les années rident là peau, renoncer  à son idéal ride l’âme. 

- Pensez que vous êtes aussi jeune que votre foi et votre espoir, aussi vieux que votre doute et  votre abattement.

- vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif. Réceptif à ce qui est beau, bon, grand. Réceptifs aux messages de la nature, de l’homme et de l’infini. 

- Jeune est celui qui s’étonne et qui s’émerveille.

 

Si on veut sortir de toutes les situations difficiles de la vie, il faut rester jeune, donc enthousiaste et émerveillé. Savoir s'émerveiller devant un rayon de soleil, une rivière qui coule, une fleur qui s'ouvre, un sourire d'enfant, quelques mots échangés avec un voisin, aide à surmonter les moments de tristesse et c'est tout simplement continuer à vivre. 

29/09/2014

Constatations.... en pedalant

Une si belle arrière saison et nous voici à nouveau sur nos vélos, encore une fois dans la région des Sables d'Olonne. Les indications lues sur les grands panneaux le long des routes en France sont toujours fantaisistes, fausses et minorées de façon caricaturale.
Nous roulions hier matin, sur une route côtière , et une grande surface sablaise était annoncée à cinq minutes. Étonnement, calcul, nous en sommes à une douzaine de km, bigre! il faut rouler à près de 150 km/h pour réussir ce pari. Un ami m'indique qu'il a vu plus invraisemblable encore, dans la région nantaise, ne fallait-il pas rouler à ... 300 à l'heure pour arriver dans les temps a l'Hyper indiqué
Chez nous, plus que dans beaucoup de pays ou j'ai voyagé, on affirme des "vérités" qui n'ont aucun sens dans beaucoup de domaines. C'est un argument de vente et c'est le but de la publicité, on peut l' admettre tout en condamnant cette tromperie.
Les consommations des voitures annoncées par les constructeurs et les revues spécialisées peuvent différer de 50%. Les concepteurs de produits de beauté qui vantent, superbes courbes à l'appui qu'ils sont capables même d'atténuer les rides de mes 82 ans, veulent vendre à tout prix! Les produits laitiers ont maintenant tous des vertus médicales dont on ne peut que scientifiquement se moquer, le but, c'est que que les Français ingurgitent la surproduction de lait en croyant se soigner. Et comme pas grand monde ne lira les études sérieuses qui mettent en garde.
Mais à quoi bon mentir pour une distance quand il s'agit de se rendre dans une grande surface, un hôtel, une salle de spectacle ou un stade. Quel est le mobile sinon la tromperie gratuite? Et encore une fois, je m'interroge!
Autre sujet d'indignation au cours de notre balade d'hier, faites sur des routes partagées avec les voitures. Pour de nombreux automobilistes, les cyclistes sont une gène. Traversée d'un village avec 2 voies rétrécies séparées par une bande fleurie, c'est une zone 30 et pourtant 2 autos empruntent pendant une centaine de mètres la voie de... gauche pour ne pas lever le pied à cause de nous!
Incivilité ordinaires dans les ronds points, les passages protèges, etc... incivilités que nous rencontrons de plus en plus souvent, heureusement encore le fait d'une minorité.
À notre époque ne clame t on pas qu'on est libre? En oubliant ce que j'ai lu tant de fois sur les tableaux noirs de mon enfance " la liberté des uns s'arrête où commence celle des autres"
Cela s'appelle"la civilisation"