Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2020

Me voilà à nouveau, toujours aussi contestataire!

Je voulais abandonner mon blog, et me revoilà près de vous. Crée en octobre 2007, je le voulais en faire un hymne à l’espoir, l’espoir d’une vie meilleure, d’une société plus juste et surtout l’espoir que tous prenne conscience de ce que pouvait entraîner le réchauffement , plutôt le dérèglement climatique et le disparition de la biodiversité.

J’ai essayé de mettre en valeur les initiatives enrichissantes... mais peu à peu ait été enclinte à critiquer ...et condamner.

Cela me choquait car ma devise depuis ma prime jeunesse est une phrase d’Erasme : « Ne pas juger, ne pas critiquer, ne pas condamner... mais comprendre ».

Seulement voilà je ne comprends plus!

Alors j’ai essayé d’abandonner mon blog. J’ai arrêté d’écrire et je voulais le clore.

Je ne pouvais imaginer l’épidémie  du coronavirus, l’hysterie, la folie de tous les peuples attisée par des médias irresponsables qui utilisent toutes les ressources de la psychologie pour mettre en condition des êtres qui ont perdu la réflexion « humaine » et le «  bon sens » qui caractérisait les hommes depuis les temps les plus lointains..

Alors j’ai rouvert mon blog et écrit quelques feuilles «  Journal d’une vieille confinée contestataire ».

J’ai découvert beaucoup d’autres personnalités qui pensaient comme moi, mais à eux s’attachait le mot «  complotiste » . J’ai été choquée car je sentais que j’allais moi aussi être affublée de ce mot qui me caractérise si peu.

Les mois ont passé, j’ai à nouveau réfléchi... et je continue.

Je ne suis pas complotiste mais j’ai gardé mon libre arbitre et j’ai tenu à me faire mon opinion moi même sur ce corona. J’ai cherché et étudié des centaines de documents, j’ai analysé tous les graphiques officiels que j’ai pu trouver.

Je ne croyais pas possible de découvrir  autant de preuves de manipulations.

Un exemple: on nous montre le graphique des cas positifs. Ces derniers augmentent mais il y a des millions de tests et avant ....il n’y en avait aucun. Or on sait très bien que cas positifs ne veut pas dire malade. En Islande où on avait testé tout le monde, 9 sur 10 des cas positifs ne se sont aperçus de rien. Mais on ne nous montre pas la courbe des morts, dommage car elle est quasiment plate.

Et j’ai récolté des quantités de choses révoltantes. Les masques super protection ! Beaucoup en ont confectionné dans des vieilles « queues de chemise ». La chaîne et la trame sont plutôt lâches. 0,06 microns, 60 nanomètres, c’est la taille d’un virus. On voit à l’œil nu l’espace entre la chaîne et le trame du tissu donc un bon millard de corona pourraient passer en même temps.

Et même les masques plus sérieux ne servent pas à grand chose. De plus, une personne de mon entourage qui est masqué toute la journée souffre de maux de tête, de fatigue et de difficultés à se concentrer. Et certains de ses collègues à lunettes ont des problèmes d’infections oculaires.  Des médecins, des pédiatres ont remarqué la même chose. Encore des complotistes sans doute!

Du coup j’assume et continuerai à écrire aux yeux de tous ce que je découvre dans des heures d’études.

Pourquoi ce monde conditionné? . On en trouve un exemple avec la nazisme né et peaufiné pour mettre tout le peuple aux pieds d’Hitler et de ses comparses. Alors aujourd’hui pourquoi? oui pourquoi?

À bientôt.

24/06/2020

Deux livres à lire quand on veut comprendre notre societe

En deux jours, j’ai trouvé deux livres dont je recommanderais la lecture à tout le monde.

Le premier s’appelle « Pandémie de la bêtise humaine » ecrit  par Boris Alexandre Spasov qui se définit comme humaniste.Il analyse la société, le rôle de la finance, qui elle même dirige la politique où cela nous mène, nous, pauvre peuple ! Il cite un psychologue qui écrit « La politique de nos jours serait-elle tout simplement une « machine à broyer l’équilibre mental des individus ?  ». Et comme je suis d’accord!

Pour lui il faut s’indigner, ne pas accepter les « solutions qu’on nous impose comme inévitables, refuser les situations inacceptables. »

On a beaucoup parlé de Bernard Henri Lévy, ces temps derniers et de ses interventions à la télé. Dès sa sortie, j’ai acheté son livre et ai dévoré ce « virus qui rend fou » . Je ne suis pas toujours d’accord avec les prises de position et les écrits de BLH, mais la j’acquiesce à chaque mot de ce pamphlet.

Oh oui, il rend fou, ce COVID-19 et j’ai retrouvé dans cet essai, tout ce que je pense, tout ce que j’ai écrit dans ce blog. Les mensonges les manipulations et la docilité des foules, tout y est. Décidément depuis le « Discours de la servitude volontaire » de la Boetie, (paru en 1576) rien n’a changé dans l’art de la manipulation. Si tout de même, toutes les avancées en neurosciences ont été utilisées par les médias, la pub, les grand groupes ( GAFAM et autres) l’agroalimentaire, la chimie, les multinationales, la finance etc... pour mettre en condition un peuple tout entier.Je reparlerai de ces 2 livres mais j’ai voulu partager le plaisir de ces decouvertes

Et je terminerai par 2 citations.

De George Orwell : «  le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges respectables, les meurtres, et à donner l’apparence de la solidité à ce qui n’est que vent ». (Cité dans la Pandémie de la bêtise)

Et de BHL: « Que nous proposait-on? Une vie terrifiée d’elle - même et terrée dans son désert kafkaïen transformée en colonie pénitentiaire.

Une vie qui, pour peu qu’on lui garantisse sa survie, était prête à céder sur tout le reste... une vie ou on acceptait avec enthousiasme ou résignation, de passer de l’ État Providence a l’Etat de Surveillance... une vie ou on acceptait de renoncer à l’essentiel de ses libertés contre une garantie antivirus ».

On parle toujours du monde d’avant, celui d’avant le Covid, celui d’hier, il me semble qu’il avait plus de bon sens dans le monde ...d’avant hier

18/06/2020

Une virulente critique des médias

Au début de l'année, j'ai fait une étude sur les séries qui pullulent aux heures de grande écoute, sur les chaînes de la télé publique et surtout celle de la TNT. La majorité des séries sont policières, les autres sentimentales ou de télé réalité,

Dans toutes les séries ce ne sont que sexe, enfant caché, viol, etc… Les couples, la famille sont inexistants et la violence est omniprésente! Violence envers l'autre, violence exprimée en « pétage de plomb » ou  seul on jette, on  casse tout autour de soi en hurlant ! 

Quant au vocabulaire n'en parlons pas « bordel et putain » ponctuent chaque phrase et ajoutez « merde » avec toutes les tournures vulgaires possibles et imaginables. 

Et tout cela en employant  surement pas plus de 1000 mots. Je pense que beaucoup d’amateurs de ces series ne comprendraient pas la moitié des mots qu’on demandait aux élèves de Certificat d’études d’expliquer en questions de dictée!

Je n’avais pas publié cette note car j’avais pensé que j’étais vieille et un peu rétrograde.  Mais l’autre jour, j’ai trouvé un extrait d’un livre de Pierre Jourde  ( écrivain et critique littéraire) qui est encore beaucoup plus sévère que moi! Le voici:

« Les médias ont su donner des dimensions monstrueuse à l'universel désir de stupidité qui sommeille même au fond de l'intellectuel le plus élitiste. Ce phénomène est capable de détruire une société, de rendre dérisoire tous tes efforts politiques.

Lorsqu’on les attaque sur les inepties de leur programme les marchands de vulgarité répliquent en général deux choses : primo on ne donne au public que ce qu'il demande, secundo ceux qui les critiquent sont des élitiste incapables d'admettre le simple besoin de divertissement.

Il n'est pas nécessairement élitiste de réclamer juste un peu moins d'inepties. iIl y a de vrais spectacles populaires de bonne qualité. Le public demande qu'on le conditionne à demander. 

On a presque abandonné l'idée d'un accès progressif à la culture par le spectacle populaire. Victor Hugo, Charlie Chaplin, Molière, René Clair, Jacques Prévert, Jean Vilar, Gérard Philipe étaient de grands artistes et ils étaient populaires. Ils parvenaient à faire réfléchir et à divertir. L'industrie médiatique pas : elle va au plus bas. Chacun a le droit de se détendre devant un spectacle facile. Mais, au point où en sont arrivés les émissions dite de divertissement il ne s'agit plus d'une distraction ! Ces images ces mots plient l'esprit à certaines formes de représentation,  légitiment celle-ci, l'habituent à croire qu'il est normal de penser, parler, agir de cette manière. Laideur, agressivité, voyeurisme ,narcissisme, vulgarité, inculture, stupidité invitent le spectateur à se complaire dans une image infantilisée et dégradée de lui-même sans ambition de sortir de soi ,de sa personne, de son milieu de son groupe , de son choix.

Les producteurs les dirigeants des chaînes privées ne sont pas toujours ou pas seulement des imbéciles. Ce sont aussi des malfaiteurs. On admet qu'une nourriture ou un air vicié puisse être néfaste au corps. Il y a des représentations qui polluent l'esprit »

Merci a cet auteur qui exprime si bien cette vérité: les médias avec les series, formatent la société et ne la mène pas sur le chemin de la culture et de la réflexion!