Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2019

Serons nous des cyborgs?

Depuis longtemps je m’intéresse à l’intelligence artificielle et au transhumanisme. Ce mot est de plus en plus à la mode et je viens de découvrir un livre qui m'a enchantée « Leurre et  malheur du Transhumanisme » d’Olivier REY, philosophe et mathématicien . On voudrait nous faire croire que chaque homme  souhaite  devenir un être augmenté, un cyborg, plus robot qu’être humain.

Je cite Olivier REY « Tel est donc notre lot: vivre dans un monde où certains hommes, pressés ou jaloux veulent que les humains laissent place à des êtres plus performants Et dans cette galère tout le monde se trouve bon gré mal gré embarqué. Sans doute sommes-nous nombreux qui préférions rester à quai. Mais, enrôlé de force, nous ne pouvons traiter par le mépris la tempête qui s'annonce. Ce n'est pas avec joie que nous nous préoccupons du transumanisme. Nous y  sommes contraints! » Il s’emploie a démontrer le programme, le discours et finalement le mensonge transhumaniste.

Le but, nous rendre plus intelligent , plus fort, plus heureux et vivre plus longtemps voire indéfiniment. La propagande s’en mêle voulant nous faire croire que nous souhaitons être dote d’une intelligence des milliards de fois plus puissante que ia notre, ne jamais souffrir, ne jamais vieillir, ne jamais  mourir, une vie où tout n’est que plaisir et jouissance. 

La propagande veut nous faire croire que c’est dans la ligne du passé car mettre des chaussures, s’habiller, porter des lunettes, recouvrir son visage de crème solaire ou se faire vacciner, c’est faire de nous un « humain augmenté »!

Illich a écrit «  L’outil simple, pauvre, transparent est un humble serviteur, l’outil élaboré, complexe est un maître arrogant ». 

C'est que l’essence d’une activité et le caractère de ses effets changent avec l'échelle. Autrement dit ce qui est humanisant a un certain stade peut devenir déshumanisant a un autre. Mais on nous explique qu’on n’a plus le choix car le transhumanisme s’imposera de gré ou de force et que tous eux qui resteront à l’écart sont laminés.

Quant a la mort, on écrit que «  Le premier homme qui vivra mille ans est déjà né «  et on affirme que nous sommes «  la dernière génération à mourir! ».

Et le transhumanisme est soutenu par les géants d’internet. Ca les aide encore à asseoir leur emprise dévorante sur le monde. Google s’allie a de grands laboratoires pharmaceutiques, Mark Zuckenberg ( Facebook) créé un association pour « guérir toutes les maladies d’ici la fin du siècle ». Et pour être un humain augmenté, il faudra accepter de n’être plus ni homme, ni femme mais pouvoir devenir n’importe quoi, avoir les enfants fabriqués. Le couple avec enfant a eux, un souvenir du passé et … dépassé.

Olivier Rey écrit «  Dans l’esprit des bioprogressistes, les bioconservateurs sont destinés à devenir les chimpanzés du futur une condition aussi peu enviable que celles des grands primates  d’aujourd’hui, condamnés à disparaitre ou pour quelques rescapés, à croupir dans des zoos. »

Bref, je pourrais écrire encore longtemps, c’est un livre à lire. Je terminerai par la phrase d’Olivier Rey : » Nous sommes rentrés dans des temps apocalyptiques et nous ne sommes pas prêts.»

 A 87 ans, je ne suis pas concernée mais j’ai une famille nombreuse et ne lui souhaite pas un tel avenir!

14/01/2019

Oser comparer Macron à Hitler!

J’avais écrit samedi combien j'avais été choquée de voir  Macron caricaturé en Hitler. Je conseillerais bien à ceux qui ont fait cette comparaison de regarder aujourd’hui  lundi 14 janvier, à 22h15 le documentaire sur Arte « ma vie dans l'Allemagne d’Hitler » en 2 épisodes. Mais il y’a de grandes chances que je ne serais pas écoutée.

Ce sont des témoignages écrits d’Allemands exilés dans l’année 1933, un  documentaire impressionnant. Ce sont des histoires d'homme de tous âges, de toutes professions, de toutes conditions. Juifs (bien sur), communistes  et gens de gauche ( aussi) mais  protestants, catholiques, intellectuels aussi bien pédiatre ou  professeur, ouvrier ou pasteur., etc, homme et femme, jeunes et vieux

Certains se sont exilés mais combien ont terminé leur vie dans un camp. Mais oui, un camp de concentration! en 1933! Combien de Gilets Jaunes ignorent ou oublient que les camps de concentration ont été ouverts a l’arrivée d’Hitler au pouvoir.

Un exilé a écrit  : » Je veux noter pour mon fils afin qu'il puisse lire plus tard comment on nous a condamné à cesser d'exister »! Et oui, cesser d’exister.

J’ai pu sur Internet découvrir des extraits de ce documentaire. Certains témoignages sont glaçants: un exemple, un très jeune garçon 6 ans je crois,  dit a l ‘école que son papa n’aime guère les parades nazies… Pauvre homme qui  finira en camp de concentration!

Et il fallait si peu de choses pour s’y retrouver! 

Encore un exemple glaçant: les livres interdits avaient été brulés en autodafé. Le 10 mai 1933, des dizaines de milliers de livres sont brulés devant l’Opéra de Berlin et 21 autres villes. Mais il en restait chez des particuliers et si quelqu’un voyait que vous en aviez un dans votre bibliothèque et vous dénonçait, direction… le camp!

Nouvel exemple, les élèves d’une école devaient apporter une brosse et du savon pour nettoyer les tables et les chaises ou s’étaient assis des enfants qui avaient des Juifs dans la famille. 

Tous ceux qui n’adhéraient pas au nazisme « devaient être broyés »

Quant aux femmes parlons en! « La femme allemande ne doit pas être destinée à la science. iIl ne faut pas qu’elle fasse d’études car elle ne peut pas comprendre. Elle doit se consacrer à la famille et aux marmites » Sans commentaire.

Je pense que  les Gilets Jaunes doivent savoir ce qui s’est passé en Europe dans les années suivantes. 

Alors oser appeler Macron dictateur, le caricaturer en Hitler, et s’en délecter me parait déplacé et assez odieux! 

12/01/2019

Réflexions à propos des évènements actuels.

Je viens de trouver , venant d’un « ami » Facebook, la photo de Macron en Hitler suivie d’un commentaire qui m’a révoltée. 

Macron traité de dictateur,  comparé à Hitler! la petite fille qui a vécu la guerre commencée pour ses 9 ans, aux vacances 1939 et terminées aux vacances 1945, soit 5 années de sa vie d’écolière ne peut admettre un tel amalgame. 

Ma mère qui avait vécu la guerre de 1914 au même âge que moi, mes 2 grands pères qui avaient été mobilisés a 32 ans et avaient passé près de 5 ans, loin de leur femme et enfants, tous disaient que la guerre rendait different ... pour la vie. C’est ce que je pense!

À près de 87 ans tant de dates font encore monter en moi des sensations, des visages et des souvenirs aussi nets que ceux d’hier. Et je crois que je pourrais tout raconter de chaque journée , tant pour moi, c’est toujours présent. 

Je ferai une note pour expliquer l'Allemagne d'Hitler. Comment oser écrire qu’on est en dictature? Comment comparer Macron à Hitler? La liberté existe dans notre pays. Et comment mettre en avant la pauvreté invivable soi-disant, autorisant tous les débordements? Car la pauvreté est tellement relative par rapport au passé! 

Mais la société a changé. J’ai lu le livre «Génération, j’ai le droit » de Barbara Lefebvre. Et j’ai trouvé cette phrase qui résume notre époque.

« Le citoyen est un individu autorisé à ériger son droit singulier en obstacle à l’exercice d’un pouvoir légitime au service du bien commun ».

Car il y a des règles à la vie en société, des lois que tout le monde doit suivre, des règles que les gilets jaunes violent allègrement tous les jours. En un mot les droits amènent des devoirs

Révoltée par les injustices, je suis de tous les combats pour une société meilleure, d’abord, petite fille en suivant  mes parents avant de manifester moi même . Mais je méprise ce déferlement de haine qui conduit à la violence irraisonnée et je n’ai que mépris pour ceux qui croient résoudre ainsi les problèmes. 

Démolir, brûler, casser, frapper, comment peut on imaginer faire avancer le monde de cette façon? Helas, depuis le début du XXI eme siècle et chaque jour davantage, "péter les plombs" en hurlant et agressant, c’est devenu une façon de réagir. On voit souvent les parents d’élèves agresser les maîtres, les patients agresser les médecins sans même parler du racisme devenu ordinaire. Et en ce moment les députés macronismes sont de plus en plus menaces de mort! 

Quelle tristesse car avec les réseaux sociaux (que j’ai utilisé avec intérêt et qui me répugnent maintenant), on assiste a un défoulement permanent ou tout est permis, l’appel à la violencé  et la haine envers le monde entier, avec la propagation des fausses nouvelles et des interprétations  les plus erronées. Un ordinateur et quelques applications, et c’est à la portée de n’importe qui de créer un faux texte officiel et de falsifier les photos. Et c'est tellement valorisant! Ajoutons à cela que chaque commentaire distille une pincée de haine,  de violence verbales, d’insanités, d’ordures

Mais où sont passées les valeurs de civilisation qui étaient en honneur chez les humbles entre les 2 guerres. Triste époque, décidément! Si mes grands pères revenaient, quelle déception en découvrant cette jungle. 

Je terminerai par une anecdote. Un jour, j’attendais le bus à côté d’une femme aussi vieille que moi. Arrivent 2 filles jeunes mais pas des ados, smartphone à l'oreille en train de discuter avec une copine  qui arrivait dans le bus, qu’elles attendaient et qui allait les rejoindre dans quelques minutes. Conversation débile tout en disant en riant qu'elle n'arrivait pas vite et qu’elles allaient « exploser » leur forfait. Grands gestes en voyant la copine dans le bus, elles montent et ma voisine me dit «  vous avez entendu? Ah! Celles là, il leur faudrait une bonne guerre pour apprendre é vivre.». 

J’étais outrée car pour rien au monde , je ne souhaitais une guerre a un homme, encore moins a un jeune. Cette anecdote remonte à une dizaine d’années et je repense maintenant à cette  phrase ou je finis par trouver du vrai, car le comportement infantile de beaucoup de mes  concitoyens , jeunes et moins jeunes me navre. 

Cette culture de la violence, c’est une affirmation du « soi »... je suis la, j’existe et j’ai le droit! Navrant, vraiment.