Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des raisons d'espérer - Page 3

  • Produits pour bébés dangereux? mais on pouvait le savoir depuis longtemps!

    Une note était prête pour parler des agriculteurs en colère dont on a programmé la disparition depuis des décennies et qui, enfin, se révoltent mais je crains que ce ne soit la lutte du pot de terre contre le pot de fer. Nous en reparlerons dans quelques jour!

    Ce matin, j’ai besoin d’exprimer encore une fois ma colère contre notre société où le respect de l’être humain passe  après le fric. Depuis 2 jours, j’apprends que 50 Millions de consommateur alerte les parents… les lingettes pour bébés sont dangereuses. Enfin, on en parle, même à la radio!
    Mais pourquoi seulement aujourd’hui? Ce même magazine écrivait le 1/03/2013 un article intitulé « Lingettes bébé: la liste des produits à éviter » et dénonçait le risque de toxicité, une législation pas contraignante, et l’absence de plaintes des consommateurs.
    Et « Que choisir »  titrait le 22/10/ 2013 «  Lingettes et laits de toilettes. Ne jouez plus avec la peau de bébés! 94% des produits testés sont potentiellement nocifs. » Cet article énumérait les produits retrouvés en quantités significatives, une utilisation induisant une surexposition aux risques et une réglementation qui s’assoit sur le principe de précaution.

    Car c'est en 2013 que l' Agence Nationale de Sécurité du Médicament tirait la sonnette d'alarme. Qui l'a su???

    Ne jamais dénoncer les pratiques de la chimie, de l’agroalimentaires, de la grande distribution, des laboratoires pharmaceutiques, des fabricants de produits dits de santé. On est taxé d’ultra gauche ou ( et çà m’amuse de plus en plus tellement c'est ridicule) de catholique traditionaliste, bref de quelqu’un qui veut détruire la société et revenir à l’homme des cavernes!

    J’ai une seule expérience des lingettes. J’ai beaucoup fréquenté le Niger avec notre association la Poulie, ( qui me tient tant à coeur), et chaque année, je faisais ma toilette avec l’eau du village et du savon ( car je me méfie depuis des décennies des produits dits «  de beauté »), quand ce n’était pas à l’eau du Niger. je n'avais jamais eu aucun problème. Pourquoi une année ai-je voulu me simplifier la vie? J’ai, en pharmacie, acheté des lingettes hypoallergeniques et suis partie fièrement. Hélas, au bout de quelques jours mes bras, la seule parie de mon corps au soleil, s’est couvert de s’innombrables petits boutons irritants. Je me suis interrogée et ai réfléchi que la seule différence avec les autres années était l’utilisation des lingettes. J’ai repris l’eau nigérienne, soi-disant si polluée, et ai guéri très vite, j’avais fait une belle réaction allergique. Et je n’ai jamais plus acheté de lingettes.

    Mais , au fait, le corps médical devait bien avoir son opinion sur les produits pour bébés et depuis longtemps, mais comment oser la faire connaître quand les fabricants inondent les maternités de produits à distribuer pour conditionner les jeunes mamans qui ne veulent que faire le mieux possible pour leur bébé?

    Pourtant, je crois que tout peut encore changer car les mentalités évoluent. Je suis depuis peu une heureuse arrière grand mère . J’ai eu la stupéfaction d’apprendre qu’à la maternité où le petit est né, on lavait le plus souvent les bébés à l’eau et qu'on n'employait pas des produits spécifiques . Ma petite fille est sortie sans aucun don et avec la consigne de préférer l’eau avant tout.

    Mais si toutes les jeunes mamans suivaient ce conseil que deviendraient l’Economie triomphante et comment se porterait Monsieur le Marché? Que vaut la santé d’un tout petit face a ces enjeux mondiaux?

    Il est vrai que lorsqu’un parti qui aspire au pouvoir affirme, par la bouche de Luc Chatel que : "Les Républicains doivent être le parti du principe d’innovation plus que du principe de précaution, le parti du gaz de schiste, des OGM, des biotechs", on comprend que notre pauvre petit humain n’a aucune chance de bénéficier du « principe de précaution ». 

    C'est pourquoi ce matin, je trempe ma plume dans du vitriol pour écrire cette note.

  • Car il faut bien repartir... et avancer!


    Une fois encore, abandon de mon blog pendant près d'un mois, et encore une fois, interruption due à un drame familial. Il y a 15 mois, un cancer emportait un de mes fils, sa sœur l'a rejoint après 2 ans de lutte contre la même maladie.
    Me renfermer sur moi-même, fermer mon blog et abandonner toute vie sociale... ce fut ma première réaction! Après tout, il y a tant de "vieux" qui décrochent de la société sans aucune raison! A 84 ans, ce serait la facilité.
    Pourtant, J'ai décidé de continuer à vivre, à écrire, et poursuivre ce blog pour dénoncer ce qui va mal dans ce triste monde, mais aussi à faire connaître les raisons d'espérer..... Il faut savoir, comme le colibri du conte, apporter une minuscule goutte pour éteindre l'incendie.
    Je ne sais par où commencer car j'ai accumulé chaque jour une somme de documents pour rédiger mes notes.

    Une étude m’a particulièrement ravie l’autre jour, trouvée sur un blog du Monde, étude scientifique qui démontre que la marche a un impact énorme sur nos capacité cognitives. Il y a longtemps que je l’avais constaté dans ma famille de grands marcheurs de tous âges, et aussi dans ma classe, mais n’osais pas trop l’affirmer.

    Une recherche effectuée par une équipe interuniversitaire espagnole a montré que les adolescentes qui se rendent à l'école à pied ont de meilleures capacités cognitives (mesurées à l'aide d'un test standard) que celles qui rejoignent leur établissement en bus ou en voiture. Et les jeunes femmes qui marchent plus de 15 minutes s'en tirent mieux que celles qui parcourent une distance inférieure. Pourquoi surtout les adolescentes? il semble que les garçons continuent a bouger a cet âge, alors que les filles ont une forte baisse d’activité 
    On savait qu’à cet âge, la plasticité du cerveau est supérieure à tout autre moment de la vie, ce qui rend la période propice pour stimuler la fonction cognitive.
    On savait aussi que les écrivains et les peintres trouvaient leur inspiration dans de longues promenades. Un chimiste du siècle dernier a même observé qu'une promenade solitaire valait une semaine dans le laboratoire pour l'aider à faire progresser son travail…
    Car marcher stimule la créativité dans beaucoup de domaines

    Une expérience menée à Standfort m’a impressionnée.
    Un test classique consiste à trouver le maximum d'usages inédits pour un objet usuel Comme toujours dans les expériences psychologiques, on a divisé les sujets en deux groupes. En cette circonstance, l'un restait immobile tandis que l'autre marchait. Le nombre de réponses inventives trouvées par le groupe de marcheurs s'est avéré supérieur de 80 % à 100 % à celui qu'obtenaient les personnes assises. Mais cela ne s'arrête pas là. Les chercheurs ont refait l’expérience, mais cette fois les marcheurs restaient à l'intérieur, sur un tapis de course, tandis que les "immobiles" pouvaient se balader dehors, mais en chaise roulante. Résultat, les marcheurs se sont révélé une fois encore les plus créatifs.
    Des études ont ensuite été faites sur des adultes avec les mêmes résultats. Il semblerait donc que bouger stimule a la fois notre corps et notre cerveau! 
    On pense que ça pourrait rendre grand service dans les pathologies du 3 ème et 4ème âge qui ne bouge plus et voit à la fois son corps s’ankyloser et son cerveau s’en aller.

    Et ce n’est pas tout! d’Amérique vient une « mode » le travail en marchant. Et çà se fait déjà souvent dans la Silicon Valley. J’ai découvert l’exemple d’un programmeur qui, las de rester des heures sans bouger devant son écran, a rehaussé sa table de travail et a installé un tapis roulant à la place de son siège. Il a déjà marché 6 333 km. Il fait 20 à 30 km par jour à 3km/h, soit des journées de 7 à 8 heures de marche-travail.
    Non seulement il a augmenté sa productivité mais il se porte bien mieux et a maigri!
    Beaucoup de scientifiques et de managers pensent qu’on devrait organiser le travail en marchant et la ville pour le piéton. 

    Allons, tout n’est peut-être pas perdu, le bon sens va peut-être permettre de réapprendre a marcher. N'oublions pas que la génération d'avant guerre faisait de 20 à 22 km par jour, certains bien plus! Quant à nos chérubins ils parcourent  moins d'un km par jour et et sont perdus à 500m de leur maison, au coin de leur rue.

     

  • Désaffection des jeunes pour les immenses centres commerciaux américains

    Une information, lue début décembre, m’a amenée chercher sur internet des précisions, tant je l'ai trouvée  étonnante. Les centres commerciaux américains, temples de la consommation, dont certains font plus de 100000m2, sont à l’abandon., en train de disparaître, Et plus un seul ne s’est construit après 2008
    Changement d’habitude, changement d’époque, ils sont devenus des vaisseaux fantômes, « friches commerciales » terrains d’exploration de photographes, ont été transformés en église baptistes, services aux personnes âgées, culture de légumes hoirs sols le longs des km de galeries etc… !

    On parle d’effet de la crise. Mais ils sont rejetés par la jeune génération qui estime que ce mode de consommation est révolu.  « C’est plus agréable d’être dehors, plutôt que d’être enfermé dans un centre commercial bondé", explique un consommateur. Les jeunes font leurs achats sur internet et aussi dans la rue. Et ils préfèrent les rues piétonnes bordées de petits magasins.


    Ce modèle de vie américain qui a essaimé dans le monde entier est en train de disparaitre aux USA. Les jeunes ne veulent plus de ce consumérisme massif , la plupart ne souhaitent plus de voiture, plus de burger, commandent sur internet tout ce qui leur est utile, et réinvestissent les centres villes qu’ont délaissé leurs grands parents. Nés entre 1980 et 2000, ils rejêtent la société de consommation de masse et recherchent l’authenticité.
    Le géant du commerce américain Sears vient de fermer 100 de ses centres commerciaux et McDonald vend de moins en moins de ses burger. Une accumulation de magasins indépendants, d’immenses parkings, un centre-commercial le plus généralement articulé autour d’une galerie marchande et autour une nuée de places de stationnement, c’est le symbole d’un « monde de vieux. » Ce n’est pas l’Amérique entière qui change mais une grande partie des jeunes rejettent ce consumérisme massif. Ils souhaitent un retour au local et veulent une authenticité des produits consommés.


    Pourtant ce modèle mondialisé continue à s’exporter mais ne devrait-on pas s’interroger avant de continuer à construire à tout-va des zones commerciales immenses aux portes des villes européennes ou asiatiques. Car, en France aussi, certains jeunes remettent en question cette manière de se nourrir, de consommer et d’acheter.