Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des raisons d'espérer - Page 9

  • Economie circulaire et raisons d'espérer.

    Alors que très souvent la marche de notre monde me désole et que j’emploie ce blog pour dénoncer ce qui me révolte et me désespère, j’ouvre une nouvelle rubrique «  des raisons d’espérer ». Je suis pas la seule à penser qu’il faut impérativement prendre une orientation différente. A mon âge, je me contente de lire et dénoncer, mais des jeunes inventent une vie nouvelle plus humaine et plus motivante.

     

    En opposition a la société "de consommation" où l’on extrait, produit, consomme et jette, cette économie « circulaire ». est un système économique d’échange et de production durable des ressources, pour diminuer l’impact sur l’environnement, lutter contre le gaspillage et valoriser  le recyclage des produits.

     

      Une enquête du Credoc au cours des 25 dernières années, montre une préoccupation de plus en plus marquée pour le problème des déchets, le souci de prolonger la durée de vie des objets,  une préférence pour les économies de ressources et d’énergie, une remise en cause du tout automobile, surtout au sein des jeunes générations, une progression importante de la consommation de produits bio et de proximité. 

    On entend de plus en plus parler de vide greniers, de Ressourceries, de bourses d’échanges, de  covoiturage, de colocation,  d’Amap , de jardins partagés, de fermes en permaculture etc… On peut maintenant échanger gratuitement sa maison contre une autre dans une autre région ou un autre pays pour les vacances et d’autres initiatives naissent chaque jour, répondant à un besoin.

     

    La baisse du pouvoir d’achat, rogné par les crises qui se succèdent incite à devenir inventif,  internet facilite achats et échanges directs, c’est indéniable. Mais j’ai été étonnée de trouver dans l’enquête du Credoc deux autres raisons à ce changement d’attitude envers la consommation:  la prise de conscience écologique et le besoin d’entretenir des relations sociales avec ses voisins. C’est vrai que l’écologie a été dénigrée, raillée, niée pendant des années, C’est vrai que l’individualisme et l’égoïsme règnent trop souvent en maître dans les relations humaines.  Pourtant, d’après cette enquête il  semblerait que nombre de nos concitoyens redécouvrent que la Nature et leurs voisins existent!

    Voilà qui doit désoler les économistes distingués , les officines de marketing des chantres de la consommation pulsionnelle, de la reprise forcenée, de la croissance frénétique, de l’individualisme exacerbé et  gaspilleur. Ceux qui nous rabâchent depuis des décennies « n’y a pas d’autre alternative! » ceux qui sont sourds aux paroles et écrits de leurs pairs qui osent une approche différente du monde,  «  les Economistes attérés » par exemple! Malheureusement les premiers sont les seuls qui ont droit de parole sur nos médias.

     Réinventer le monde, comme le dit si bien «  l’Age de Faire », ce sera le le rôle des générations futures et je pense que plus de jeunes qu’on ne l’imagine le souhaitent.