Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2017

Qu'en sera-t-il de la place des femmes dans la société future???

Je croyais en avoir fini avec le sort réservé aux femmes dans la société : 2 articles m’ont a nouveau fait réagir

Un article du Washington Post , relayé par Courrier International m’apprend que depuis janvier 2014, le nombre de femmes occupant la plus haute fonction politique dans leur pays est passé de 18 femmes chefs d’état contre 8 aujourd’hui !Le Washington Post a comptablisé les résultats de plus de 350 partis et candidats, à travers 105 élections présidentielles et parlementaires depuis janvier 2014.Sur la totalité de ces élections, vingt-huit comprenaient une candidate ou un parti politique dirigé par une femme. Elles se sont soldées par cinq victoires féminines seulement.

“Dans le monde entier, les citoyens n’ont plus élu directement une femme à la tête de leur pays depuis le Premier ministre norvégien Erna Solberg en septembre 2013

 Comment expliquer cela ? En grande partie par ”la montée d’outsiders populistes qui désavantage les candidates car ces mouvements avancent des positions plus conservatrices sur les droits des femmes, tout en dénigrant l’importance de l’expérience politique traditionnelle »

À l’aune de cette année 2017, 95 % des chefs d’État dans le monde sont des hommes

 Et ce matin, j’apprends que le Parlement Russe veut décriminaliser les violences domestiques , 368 députés ont voté le texte en première lecture, 1 seul a voté contre ! Le plus étonnant est que ce proijet est porté par une femme, député ultra conservatrice, qui estime , qu’on «ne veut pas de gens emprisonnés pendant deux ans et catalogués comme des criminels pour le reste de leur vie, pour une claque». Elle estime aussi que « les parents, en Russie, devraient avoir le droit de frapper leurs enfants car, dans la culture familiale traditionnelle russe, les relations entre parents et enfants sont construites sur l'autorité du pouvoir des parents, ».  Or 40% des crimes violents sont commis au sein de la famille , « 36000 femmes sont agressées chaque année par leur partenaire et 26000 enfants sont battus par leurs parents »

 Ce n’est pas en France, me direz vous ! Savez vous que le 10 janvier, Christophe Barbler, éditorialiste de l’Express a déclanché la polémique en affirmant que  l’égalité des salaires «  est une idée bien jolie mais elle est dangereuse pour notre économie ». Et oui ! «  Si on paye les femmes comme les hommes, à compétence égale »… on va ruiner l’économie. C’est drôle mais je croyais que c’était inscrit dans la loi depuis déjà un certain temps ! Or que voyons nous ? 26% de différence de revenu entre les femmes et les hommes, 13% à poste égal, et 42% au moment de la retraite.

Et ce n’est pas tout , sur le Figaro, il y a quelques mois, on nous expliquait que la construction de crèches permettait aux femmes de travailler à temps plein... occupant ainsi des postes que ne pouvaient plus prendre les autres. Bref, permettre aux femmes de ne pas devoir s'occuper toute la journée de leurs jeunes enfants augmentait le chômage.

Mes grands mères et tant de femmes de cette génération, ont lutté pour garder, après la guerre de 14 la place qu’elles avaient prise dans la société, elles qui avaient fait tourner l’agriculture, le commerce et l’économie toutes seules pendant près de 5 ans ! La génération de ma mère a inventé le féminisme et lutté pour affirmer ses droits au travail, au vote, à la politique, à l’épargne personnelle , etc…

C’est pour moi un sujet d’inquiétude, car actuellement il me semble qu’on cherche on replacer la femme à sa « vraie » place, mettre des enfants au monde et les élever. Les choses sérieuses sont affaire d'HOMMES!

10/01/2017

Rose et bleu... banalisation des stéréotypes du "genre" (2)

On m'a demandé si je pouvais indiquer les liens avec les notes de du 26 février au 5 mars 2014, sur le même sujet, les voici:

http://iletaitunblog.hautetfort.com/archive/2014/02/26/ro... 

http://iletaitunblog.hautetfort.com/archive/2014/02/28/ro...

http://iletaitunblog.hautetfort.com/archive/2014/03/03/ro...

http://iletaitunblog.hautetfort.com/archive/2014/03/05/ro...

C'est avec  l'histoire de ce père, trouvée  sur France TV infos que je vais terminer ce sujet. Guillaume commencé à rédiger avant Noël, une liste de jouets avec son fils de quatre ans. Ce dernier lui a demandé si les garçons  «peuvent» aussi jouer avec les poupées. Sans trop réfléchir, son père a répondu : "C’est plutôt pour les filles, mais tu peux très bien avoir ça si tu veux, c’est aussi pour les garçons." 
Quelques jours plus tard, à table, l'enfant redemande : "Mais les poupées, c’est pour les filles ? » Alors le père comprend que le petit a envie d’une poupée mais l’impression de ne pas y avoir droit, à cause de son sexe"

Il raconte son histoire sur Twitter et est stupéfait de lire des réponses telles que
- Ton fils est déjà un petit PD a son âge? Vraiment incurable cette maladie!
- Attention tu risques d’en faire un vil homosexualité pédophile
- Des grandes baffes et un paquet de pokémon pour ton fils
- Le jour où je vois mon fils jouer à la poupée, il prend 2 gifles et ira faire de la muscu à 10 ans.
Heureusement, beaucoup approuvent le choix des parents: … une poupée pour le Noël du petit

Guillaume a compris que la société a déjà appris a un garçon de 4 ans que, s’il est normal, il ne doit s’abaisser pas à jouer avec des jouets de « filles », fille avec le sens le plus péjoratif qui soit!
Car pour tous ceux qui ont répondu sur Twitter avec sexisme et homophobie, « la femme est toujours ce petit animal, à l’instinct maternel développé, destiné à de petits travaux subalternes, de préférence chez elle et qui, par nature n’est que faiblesse », petit animal qu’ils méprisent.

Cette histoire me touche car elle me rappelle la mienne,  celle de la charrette et du cheval pour moi, de la poupée pour mon cousin  il y a 80 ans!...racontée dans la dernière note indiquée plus haut!

Mais pourquoi cette ségrégation sexiste ridicule s’aggrave -t- elle a notre époque? Pourquoi un retour à un certain obscurantisme? Pourquoi les filles reléguées aux rôles subalternes? Et pourquoi avec la complicité de certaines mères?

Une institutrice d’aujourd’hui me confiait être étonnée du nombre de petites   "Lolita de 8 ans"   que leur mère élevait « pour  séduire, entrer à la Star Académy et rencontrer le prince charmant ».

Dans les années 50//80, mes mères paysannes pour la plupart, fussent-elles très pauvres,  souhaitaient que leurs filles s'élèvent dans l'échelle sociale,  avec le meilleur métier possible. 

09/01/2017

Rose, bleu: banalisation des stéréotypes de genre

Du 26/02/2014 au 3/03/2014, j’avais consacré 4 notes au sujet «  Rose et bleu, stéréotypres sociétaux, rôle assigné aux femmes dans la société", d'où conditionnement des petites filles par les jouets.
J’avais il y a 3 ans, parcouru les rayons de grandes surfaces et des magasins et avait été choquée de voir les petites filles confinées des leur rôle de femme, « être inférieur qui doit plaire et séduire, servir l’homme et élever les enfants »!

Vous croyez que j’exagère, voici 2 exemples:
….. le catalogue en ligne de la FNAC 2013:
- Jouets pour filles : Jouets éducatifs : console rose "enregistre tes secrets" ; Jeux d’imitation  : cuisine ; Poupée et univers miniatures : Ma maison de rêve de Barbie ; Maquillage : mallette maquillage et cosmétique ; Loisir : Crée tes poteries ; Déguisement : Princesse
- Jouets pour garçons" : Voitures et motos électroniques ; Jeux éducatifs : Tablette tactile Explorer (joue, lis, dessine, photos, vidéos etc.) ; Déguisements : Iron mask électronique ; Playmobil "pour garçons" : hélicoptère de police ; Lego "pour garçon" : navire ; Kits d’espionnnage  ; Pistolets etc.

….. le catalogue d’un grand magasin parisien 2014 avec
- Les pages estampillées filles : Quand je serai grande… (chariot ménage, mini ou maxi cuisine)… je serai maman… (poupées, poussettes)… j’aurai des grandes robes… (robes de princesses roses)… j’aurai plein d’amis… (Barbie, ateliers des cosmétiques, centre commercial rose, salon de beauté rose, halte garderie)… je serai une grande créatrice (kit pour créer une collection de mode, sacs, accessoires, journal intime…)
- Les pages pour les garçons. Et moi je serai un super héros (Spiderman, Arthur, et autres héros de films à succès)… Le plus rapide de la Terre (circuits automobiles, trains)… Le plus fort aussi (voitures, tracteurs, garages)… Avec plein de missions (mécano, police, armée)… J’aurai des supers pouvoirs (sabres, catch, armements de guerre des étoiles)… Et plein d’équipements (motos, robots…) Et puis des fois… Je voyagerai dans l’espace (vaisseaux spatiaux)… Et dans le temps (châteaux, tour d’assaut).

D’autant plus triste à pleurer que d’après le site « adéquation. org, » la ségrégation s’aggrave: en Californie, en 1975, seuls 2% du catalogue Sear ( soldes en ligne) étaient sexuées, 100% maintenant.

Mais tout est fait pour cela, ; émissions télé, publicité, magasins, magazines pour les parents et nombre d’ouvrages pseudo psychologiques : tout notre l’environnement est organisé pour conforter des clivages de genre, offrant aux filles des valeurs dites « féminines » Sur un blog de « ressources pédagogiques pour parents et éducateurs »... aux garçons on propose les métiers de policier, photographe, astronaute, cuisinier, pompier, médecin et     ...aux filles serveuse, coiffeuse, chanteuse, infirmière, un choix bien plus restreint.
Remarquez! le garçon médecin, la fille infirmière , à son service et sous ses ordres.

Dans toutes mes recherches, ( j’ai accumulé un énorme dossier fort inquiétant) j’ai découvert que jusqu’aux années 1990 on se souciait de l’égalité entre les sexes, et des pub Leclerc, Légo mettaient sur le même plan petites filles et petits garçons..
o-LEGO-1981-2014-570-1.jpg

 

o-CATALOGUE-LECLERC-1988-570.jpg 

 

 

 

 

D'après Mona Zegaï, auteur d'une thèse sur la socialisation sexuée des enfants par le biais des jouets, entre "1970 et 1980, les catalogues étaient beaucoup moins marqués du point de vue du genre".

Mais la cabale de la théorie du genre, le manifestation du Mariage pour tous, la crispation actuelle des religions ont fait que Mona Zegaï pu écrire que « la promotion de l’égalité  était passée au second plan» et que beaucoup de parents veulent pour les enfants « des jouets adaptés et conformes à leur sexe » Elle ajoute que c’est « un retour en force de certains conservatismes qui produit une banalisation des stéréotypes de genre".
Il y aura une seconde note parlant plus particulièrement de Noël.