Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Malbouffe et notre cerveau, une bien triste histoire!

On a tout écrit sur la définition de la Malbouffe: trop de produits gras, sucrés, salés, absence de fibres, de vitamines et de tout ce qui boostait notre immunité et en additifs, une infinité de produits chimiques nuisibles à notre santé. On a  tout dit sur ses conséquences, maladies vasculaires, neurodégénéraives, cancer, obésité etc… Il m’a semblé que l’invasion omniprésente de la publicité n’expliquait entièrement notre addiction. Alors j’ai cherché comment notre cerveau régissait a cette Malbouffe.

Tout d’abord comme le gout est flatteur, on se régale… et notre cerveau libère de la dopamine a forte doses. On sait depuis longtemps que cette hormone nous procure un sentiment de bien-être. Alors, notre cerveau crée de nouveaux récepteurs à dopamine . Triste résultat: pour atteindre le même niveau de plaisir, nous avons besoin d’en manger … toujours plus! Donc, c’est un cercle vicieux.

Tout comme l’excès de sucre nous entraine dans le même cercle vicieux! Le sucre crée une inflammation de l’hippocampe, partie du cerveau limbique qui aurait environ 400 millions d’années. C’est le siège de la sensation de satiété. Trop sollicitée, notre fameuse hippocampe réclame toujours plus de sucre jusqu’à nous envoyer la sensation de faim permanente qui nous donne envie de grignoter!

Et comme les groupes de l’agroalimentaire connaisent  très bien les neurosciences  et savent les mettre à leur service, il leur est de plus en plus facile de nous manipuler !

Mais je ne me guérirais jamais de penser aux enfants. Comment leur cerveau réagit-il?

Le cortex préfrontal joue un rôle majeur dans le contrôle de nos impulsions. Et celui-ci n'arrive à maturité qu'aux alentours de l'âge de 20 ans. Or, des expériences menées sur des rats  montrent, que consommer trop de sucre peut altérer le développement du cortex préfrontal. Des adultes ayant bu des sodas en quantité dans leur enfance et leur adolescence ont en général plus de difficultés à suivre les règles  de vie en société.Ce n’est pas encourageant alors que l'idéal de notre civilisation semble être «  chacun peut faire ce qu’il veut"!

La Malbouffe chez les enfants nuit aussi a la plasticité du cerveau, indispensable à la création de nouveaux souvenirs et à l'apprentissage.

On sait aussi que beaucoup d’allergies seraient dues a cette fameuse Malbouffe. Et la se place un souvenir personnel. Dans les années 1970, à la rentrée, une maman fort ennuyée, et qui se sentait presque coupable, est venue me dire que sa fille était allergique et que cela demanderait des précautions à la cantine. Je n’avais jamais eu d’élèves allergiques et en ai eu Un seul autre avant ma retraite. Or maintenant, il n’est pas rare d’avoir 1/3 des enfants d’une classe avec des allergies diverses. On peut se demander pourquoi?

Er dernière conséquence inquiétante de la Malbouffe... elle réduit  le taux de fabrication de nouveaux neurones par l'hippocampe. Des recherches ont en effet établi un lien entre un nombre réduit de jeunes neurones et des maladies neurologiques telles que la dépression. Donc en poussant le bouchon un peu loin, la Malbouffe tend a nous rendre «idiots»!

J’ai fait beaucoup de recherches avant d’écrire cette note, mais je ne suis pas rassurée car il est difficile de résister et hélas, comme toujours, ce sont les plus pauvres et les moins éduqués qui sont touchés. Et ça me semble une monstrueuse injustice de plus!

Écrire un commentaire

Optionnel