Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2020

Coronavirus, peut-être une chance pour l’humanité? Bruno Lallement

Aujourd’hui, je me contente de transmettre la copie d’un article qui résume exactement ce que je pense. Il y a si longtemps, près de 50ans ,que nous alertent des chercheurs, des écologistes, des philosophes, personnes de bon sens capables de réfléchir aux conséquences de la vie  dans laquelle on nous précipite ... au nom du progrès et de la science.

Bruno Lellement est un auteur conférencier et humaniste que j’apprécie.

« L’humanité tout en entière est en train de vivre une situation sans précédent dans son histoire non pas en termes d’épidémie elle-même ni en nombre de décès, n’oublions pas les 100 millions de morts de la grippe espagnole et de bien d’autres fléaux que l’être humain a dû affronter au cours de son histoire.

Non il s’agit de bien autre chose qu’une histoire de coronavirus.

Un micro-organisme invisible à l’oeil nu vient de clouer au sol la plupart des avions de plusieurs nations, vient de stopper la production d’un grand nombre d’industries, de réduire la pollution de masse que nous engendrions par nos seules activités, d’offrir une pause à des milliards d’animaux qui souffraient cruellement de l’activité humaine et j’en passe, bref ce si minuscule organisme vient de paralyser toute l’économie mondiale et de provoquer un crash qui risque d’être bien plus important que celui de 1929

L’être humain qui se croyait si important, si supérieur à toutes les autres espèces vient de prendre une leçon d’humilité et révéler sa fragilité. Nous qui pensions pouvoir tout contrôler, qui pensions grâce à nos connaissances et notre soi-disant supériorité technologique pouvoir plier la nature à nos désirs, nous sommes en train de payer le prix de notre arrogance et de notre inconséquence.

Nous n’avons pas compris qu’en nuisant à la nature c’est à nous-mêmes que nous nuisons puisque nous nous combattons nous-mêmes en agissant de la sorte. Nous n’avons pas compris que le remède à la guerre ne sera jamais une guerre de plus, nous n’avons pas compris que la maladie est une information que nous envoie notre corps pour que nous retrouvions notre équilibre et non pour éliminer une anomalie.

Et si c’était une question d’équilibre.

Tous les scientifiques le disent, les virus et les bactéries font partis de la vie et même participent à notre santé, mais lorsque l’équilibre est rompu, cela se traduit par la maladie ou la destruction.

Pourquoi la plus ancienne de toutes les médecines ne traite pas des maladies (médecine traditionnelle chinoise), mais restaure des déséquilibres avec bien souvent plus de succès que n’en obtient notre médecine occidentale ? Pourquoi les individus authentiquement heureux tombent beaucoup moins malades que les autres ?

Tant que nous combattrons la nature, tant que nous nous contenterons de la spolier pour nos seuls plaisirs personnels au lieu de la considérer comme une alliée et la traiter comme il se doit, nous avons encore de quoi trembler devant les nombreux fléaux qui nous attendent.

Mais nous le savons, la peur, la convoitise, le désir avide, l’orgueil ont fait bien plus dégâts à eux seuls que le plus grand des fléaux sur terre.

Alors quelle chance offre ce coronavirus à l’humanité ?

La chance de se réformer enfin et de comprendre que l’être humain ne peut vivre sans la nature, sans la comprendre au lieu de l’exploiter, sans la respecter au lieu de se servir d’elle impunément, sans y voir une alliée au lieu d’une ressource à son service.

Quand l’être humain aura enfin compris que la nature est tout simplement une partie de lui-même qu’il doit apprendre a chérir, alors trouvera t-il peut-être enfin l’harmonie et la paix qu’il cherche depuis si longtemps en essayant vainement de la conquérir.

Et pour terminer quelques chiffres en vrac

9 millions d’enfants meurent de faim chaque année, l’équivalent d’une ville comme Aix-Les-Bains par jour.

69 milliards d’animaux terrestres sont tués par an pour notre seul plaisir de la table

1000 milliards de poissons par an dont une grande partie sert à nourrir les cochons.

60% des espèces ont disparu en seulement 40 ans

Je passe sur les déforestations en masse et tout le reste

Tout cela pour que nous, êtres humains, puissions satisfaire nos désirs avides, et non nos besoins fondamentaux.

La vraie question, est : où se trouve le bonheur lorsque nos actes conduisent à la destruction de la planète qui nous porte et des espèces qui en font toute sa richesse et sa beauté ? »

Et je terminerai par une citation du Pape Francois hier soir en cette veille de Pentecôte

« Des grandes épreuves de l’humanité, et de cette pandémie, nous sortirons meilleurs ou pires... oui nous avons le choix...  meilleurs ou ... pires ! 

28/05/2020

Retour au bercail de la vieille ... contestataire

Je suis rentrée hier soir chez moi, après une dizaine de jours de déconfinement réussi. Et oui, réussi!  J’ai  beaucoup de chance car, géographiquement, j’avais la  possibilité d’un réel épanouissement!

Vie en camping car entourée d’une Nature luxuriante, plus belle que jamais et chaque après midi, vélo en bord de mer. Une vie authentique sans télé ni radio, détachée de la  paranoïa ambiante qui n’a pas dû cesser puisque ... je le retrouve intacte en revoyant  les infos.

Une telle «  mise en condition » de la terre entière sans aucun moyen de s’en sortir si ce n’est de jeter tous ces « outils de propagande » par la fenêtre n’a été expérimentée que par les Nazis avec le maître à penser - et à laver le cerveau-  de tous les Allemands .... Goebbels!

Le système a si bien marché qu’il a été maintes fois repris depuis.

J’ai toujours été légaliste, respectueuse des règles et des lois, et respectueuse de ceux qui les édictaient, même quand je n’avais pas voté pour eux. En 88 ans de vie, j’ai contesté oui, mais m’insurger comme aujourd’hui, je n’aurais jamais osé!

C’est la première fois que je comprends qu’il existe des complotistes , car à quoi rime ce comportement de nos dirigeants vis à vis d’un petit virus qui ne tue, hélas beaucoup trop mais surtout les faibles vieux et malades souvent? Avec une immunité déficiente ... à cause de notre civilisation.

On parle de la situation aux USA, en Amérique latine mais qui n’a pas été frappé en descendant de l’avion dans les aéroports américains par le nombre impressionnant d’obèses Blancs ou Noirs, obèses dont le poids fait paraître presque normaux les obèses français. Et déambuler dans les rues accentue  encore cette impression!

La bas, si vous faites la taille 38, vous paierez cher pour vous habiller, si c’est 48 a 58, c’est donné. Cherchez l’erreur! C’est sûrement ... plus vous êtes pauvres, plus vous êtes gros!

En Amérique latine, j’étais au Mexique en 1989, une de mes amies photographiait les femmes surtout mangeant glaces et autres nouveautés  venues d’Amerique, et sirotant coca cola ou soda toute la journée. «  Tu verras, me disait mon amie, comment elles vont devenir »

Quelques années plus tard, je suis au Guatemala et on nous accueille dans une plantation de café... équitable...où nous avons appris des choses énormes sur l’exploitation de ces populations et la fabrication de notre café aux marques mondiales. Mais nous avons aussi entendu que les Américains  leur avaient fait « abandonner leurs cultures de subsistance et leur avaient appris à se nourrir comme eux ». Ce brave producteur avait mal admis qu’on remplace les cultures indispensables à la nourriture des populations pour «  les plus grandes serres de rosiers du monde » pour citer un exemple et exploitées par les Américains, bien sûr.

Depuis la dernière guerre, au nom du progrès, de la science que ce soit alimentation et mode de vie, on a du tout abandonner...  tout le savoir que les hommes avaient mis des milliers d’années à accumuler.

On a tout condamné... et jeté! Et pour en arriver à un minuscule virus qui est en train de tuer beaucoup oui.... mais qui va enrichir exponentiellement les riches, plonger dans la pauvreté les vrais travailleurs et faire mourir de faim les plus démunis. Il y aura beaucoup plus de victimes des conséquences du virus que du virus lui même mais ça, on ne nous en parlera pas! Ou si peu!

Est-ce cela la civilisation? J’ai des doutes et je voudrais pouvoir en parler avec mes grands parents, nés dans les années 1880, pauvres oui, mais pleins de bon sens et d’intelligence qui parlaient beaucoup de l’avenir qu’ils imaginaient meilleur et plus heureux pour TOUS!

Je crois qu’ils penseraient que le monde est devenu fou

23/05/2020

Intéressant point de vue! Merci, Bastamag

J’étais heureuse de trouver ce matin  sur Bastamag un article très intéressant qui corrobore tout ce qui a été écrit au sujet de l’environnement et de la santé depuis des décennies. Depuis les années 1980  ... j’ai peu à peu découvert, lu et étudié, ...tout qu’on a caché le plus possible et que pas grand monde n’a voulu entendre.

Chimiste et toxicologue, André Cicolella est président du Réseau Environnement Santé et également enseignant en santé environnementale à l’École des Affaires Internationales à Sciences-Po Paris.

Le titre de l’article : « Une population fragilisée par les maladies chroniques est plus vulnérable au coronavirus ».

Voici un résumé de l’article avec les citations d’André Cicocella.

La crise du coronavirus n’a pu se développer que parce que les maladies chroniques ont pris une importance épidémique. C’est pourquoi c’est le moment de changer de paradigme.

«  Le constat est établi que les victimes du Covid sont les malades chroniques à savoir les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires, d’obésité, de diabète, d’hypertension de maladies respiratoires et de cancer. Ce qui joue n’est pas l’àge mais bien l’état de santé »

 

Car le nombre de ces maladies a doublé entre 2003 et 2017. Et pas à cause du vieillissement mais à cause des changements environnementaux. Et comment agit notre système de santé ?

«  Notre système de santé s’intéresse à la maladie quand les gens sont malades. L’enjeu est de s’intéresser à la vie avant et cela s’appelle la santé environnementale. On va agir sur l’environnement pour diminuer les facteurs de risque qui génèrent la maladie »

Tant de facteurs contribuent à ces maladies: la malbouffe avec les aliments ultra transformés , la sédentarité, la pollution extérieure et ....intérieure qu’on a tendance à oublier, l’agriculture intensive et les pesticides etc... tant de causes multiples qu’on étudie dépuis les années 60... mais que le bon peuple doit ignorer.

Car les plus touchés par le coronavirus sont les régions le plus pauvres où il y a le plus d’obèses et de maladies dites de civilisation. Dans les Hauts de France premières fauchées  par le Covid qui sait que l’obésité a progressé de 61,5% depuis 1997?

« Si on considère que l’âge est responsable, la conclusion est que vous n’y pouvez rien: vous êtes vieux, point. Si c’est l’environnement par contre, on peut y faire quelque chose. En France, notre politique environnementale est au point mort »

On ne peut pas dire que les choses avancent vraiment, un pas un avant, un en arrière, les lobbies sont tellement forts et tiennent les médias entre leurs mains. Et puis, regardons autour de nous, tant de nos voisins, amis etc... n’ont pas tellement envie de changer de paradigmes et cela malgré le coronavirus.

Pourtant on prédit de nouvelles pandémies qui pourraient être pires. Et c’est normal on fait tout pour induire ces nouvelles épidémies et ...les défenses immunitaires baissent de generations en générations sous l’effet de la vie ... dite moderne!

Que ne nous a t-on pas fait gober depuis la dernière guerre au nom de cette soi disant modernité et j’aurai beaucoup de souvenirs à raconter à ce sujet!