Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2016

Des vérités bonnes à dire sur l'Amérique!

Parler de l’Amérique c’est dire aussi qu’en 2014, ce pays a créé 30 billions de dollars de richesse alors que dans le même temps 16 millions d'enfants se nourrissent grâce à des bons (alors qu'ils étaient 9,5 millions en 2007). C'est dire aussi que le salaire moyen des ménages employé a des industries comme la restauration , la vente en détail et l'aide à la personne, elle est de 400 dollars, tandis que 115 000 ménages est revenu annuel supérieur à 10 millions de dollars.

Jusqu’à présent, on savait que l’espérance de vie des noires américaines est de presque 4 ans inférieure à celle des femmes blanches, et celle des hommes noirs est de plus de 5 ans inférieure à celle des hommes blancs.

Mais voici qu’une étude faite par les économistes Angus Deaton (qui vient de remporter un prix Nobel) et Anne Case, démontre la surmortalité des 30/50 ans chez les Américains blancs moyens , à la hausse depuis 1999. Cette détérioration s’est produite tandis que les taux de mortalité sont en baisse constante chez les blancs aisés.
C’est qu’en plus des maladies, le suicide est en forte hausse, ainsi que les décès par empoisonnement à la drogue et par une maladie chronique du foie ( nourriture alcool, etc…) avec l’obésité en corollaire.

La classe moyenne est déçue et découragée: un bon emploi, et une maison dans laquelle élever des enfants qui iront à l’université, c’était leur rêve, mais emploi, logement, études, çà n’a plus cours pour eux dans l’Amérique actuelle. Car cette « middle class » a vu son revenu chuter de près de 20% en 40 ans. Dans un article Paul Krugman analyse ce mal-être qu’il appelle «  le désespoir à l’américaine »

Joseph Stieglitz explique que l’espérance de vie des petits blancs rejoint peu a peu celle des Noirs car la société est de plus en plus divisés entre riches et les autres, entre éduqués et moins éduqués, sans considération de race. Et c’est un phénomène nouveau . Et J Stieglitz conclut: « La classe moyenne américaine - la quintessence même de ce qu'est la classe moyenne - est sur la voie de devenir la toute première ex-classe moyenne de la planète»

Car les autres pays suivront, il suffit d’écouter les économistes bien en cours et de regarder autour de nous le détricotage de tous les acquis sociaux que les générations précédentes ont eu tant de mal à acquérir .

J’ai cité les écrits de Paul Krugman et J Stieglitz, 2 « prix » Nobel d’Economie qui ne mâchent pas leur mots pour critiquer l’orientation mondiale de l’économie.

Les commentaires sont fermés.