Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2020

Qu’en est-il de nos défenses immunitaires?

« La pandémie de Covid-19 a conduit à une utilisation accrue des antibiotiques, ce qui entraînera à terme des taux de résistance bactérienne plus élevés qui auront un impact sur la charge de morbidité et de mortalité pendant la crise sanitaire et au-delà », a déclaré le directeur de l’OMS.

C’est L’UN DES DÉFIS LES PLUS URGENTS DE NOTRE ÉPOQUE

En effet un  « nombre inquiétant » d’infections bactériennes deviennent  de plus en plus résistantes aux antibiotiques et aux médicaments traditionnels. Certains pessimistes annoncent qu’on mourra bientôt ... d’un panaris ou d’une cystite.

De plus, beaucoup de médecins annoncent une surmortalité des maladies qu’on a négligées pendant la pendémie. 53 % des pays font  état d’une perturbation partielle ou totale des services de traitement de l’hypertension, 49 % pour le traitement du diabète et des complications connexes, 42 % pour le traitement du cancer et 31 % pour les urgences cardiovasculaires.

Du coup les morts dus au coronavirus seront moins nombreux que les morts des excès d’antibiotiques et des maladies négligées, hélas trop nombreuses dans la société d’avant. Et de ces morts  là, on ne parlera pas !

Comment en est on arrivés la? Dans mon enfance et dans mes première années d’enseignante, un enfant malade se mettait au lit avec une bouillotte pour transpirer et une tisane ( et alors on avait un choix presqu’infini) et on attendait quelques jours. Dans 98% des cas, tout se passait bien. Sinon, on appelait le Docteur.

C’est dans les années 1960 que tout a changé. Le milieu agricole a gardé ses habitudes de soin, mais ceux qui travaillaient à la ville et avaient «  monté dans l’échelle sociale » se sont mis à voir le Dr comme un gourou et à l’appeler pour un rien. Et ils se sont mis à ne jurer que par les médicaments. J’ai appelé  mes élèves des années 1950/70 la génération antibio/théralène. Pour une toux, un mal de gorge ou n’importe quoi, antibiotique et tous les soirs une cuillère de theralene. J’ai connu un jeune docteur qui a perdu sa clientèle en refusant les antibiotiques, en n’entrant pas dans le jeu des parents. Comme dans le petit village de 200 habitants où j’enseignais , tous les parents étaient mes amis, j’essayais de leur expliquer... et j’ajoutais que mes 3 enfants n’étaient pas élevés comme ça ... en pure perte.

Et voilà la conversation que je veux rapporter. C’était dans les années 1965. Une maman de 3 petites-filles adorables voulaient le meilleur pour ses enfants. D’où maison chauffée à plus de 20°, enfants ultra-couvertes toutes les fois où elles mettaient le nez dehors, interdites de récréation quand elles avaient le moindre bobo et le médecin dès que l’une se plaignait de la moindre chose donc antibiotique presque continuellement et theralene journalier.

Devinez ce qui se passaient? C’est logique ses 3 filles étaient toujours malades.

Or un jour d’hiver, cette maman m’a dit de garder ses filles pendant la récréation car il y avait de la neige et il faisait très froid. Elle a ajouté :

«  C’est tout de même malheureux je fais tout pour mes filles et elles sont toujours malades et les petits X... élevés par tous les temps cul nu sur le fumier n’ont jamais rien , ce n’est tout de même pas juste».

Pas la peine de lui expliquer que les petits X... avaient beaucoup plus de défenses immunitaires que ses surprotégées de filles. Alors j’ai voulu lui parler des miens.

La veille avait donc été un jour de neige, matinée de chute à gros flocons et l’après midi superbe soleil sur 15cm de neige. Je lui ai donc dit que mes 3 enfants avaient passé la journée dehors, le matin jouant avec les flocons et l’après midi en bâtisseurs dans cette belle neige. Et la petite avait 3 ans!

Elle n’a visiblement pas compris, ses filles étaient restées enfermées, pour leur bien.

Sans doute à -t- elle pensé  que l’institutrice était décidément une mauvaise mère .

Mais dans une classe il était indéniable que les moins malades étaient les moins surprotégés, ceux qui n’étaient pas « accro » au sacro- saint médicament.

02/06/2020

Évolution des défenses immunitaires ?

À la fin d’une note récente,  j’ai annoncé que je parlerai de défenses immunitaires puis une idée chassant l’autre, je n’en ai rien fait.

Ce matin j’ai écouté un allergologue parler des  allergies aux pollens et je l’ai entendu dire qu’aujourd’hui 1 personne sur 4 était allergique aux pollens, que bientôt ce serait tout le monde . Ce n’est  pas encourageant ! D’autant plus que, comme pour le coronavirus, il a parlé de masque, de se doucher et se laver la tête en rentrant chez soi et de ... fermer les fenêtres. Il ne faudrait pas se reconfiner par hasard?
Ayant toujours vécu à la campagne avec les gens de la terre, j’ai toujours vu qu’on vivait en bonne intelligence avec les pollens. On parlait bien de rhume des foins mais ça n’empêchait personne de vivre!

La première fois où j’ai entendu parler d’allergie c’est dans les années 70, à la rentrée où une maman est venu me trouver tenant son petit garçon par la main et très ennuyée «  Vous savez me dit-elle il est allergique et il va falloir faire très attention à ce qu’ils mange à la cantine »  Je surveillais la cantine depuis 20 ans déjà et j’avais toujours vécu dans une école et nous n’avions jamais entendu  parler d’allergie pour un enfant. Nous organisions des goûters de pâtisseries ou préparation faites en classe sans aucun problème ni de gluten, ni de cacahuètes ou de mille autres choses. Maintenant tout cela est interdit. Et 1/3 d’une classe est souvent allergique. 

Je peux multiplier les exemples, le diabète?j’ai connu une fillette diabétique en 65 ans de fréquentation d’école! Et tout le monde la regardait avec des yeux ronds.

Parlons de l’obésité, le médecin d’hygiène scolaire a fait venir une maman en 1954 et j’ai vu la même situation dans les années 1970. Qu’ont fait les mères? ... elles ont pris la situation en mains... énergiquement et leurs filles ont vite retrouvé leur corps de petite fille. Je les ai toutes 2 connues  adultes s’habillant en 38/40 et l’une est toujours mon amie, toujours aussi mince!

Un autre monde réellement. Je reviens de faire mes courses, aux caisses peu de personnes  mais 3 jeunes femmes largement obèses ! Navrant!

Venons en aux autres maladies de civilisations! Qui se rappelle que dans les années 40, on ne parlait pas de cancer, le mot faisait tellement peur. « Mal méchant » quand ce n’était pas «  mal maudit » et j’ai vu des  gens se signer en en parlant. Je me rappelle 2 cas dans le village de mon enfance. L’une a été guérie mais c’était une « vieille fille » sacristaine et catéchiste et on a dit que « Dieu l’avait guérie ». Maintenant quelle famille n’a pas son lot de cancer?

Parlons de 2 autres maladies dites de civilisation. Dans les années 1945/50, je suis au lycée de Saumur et toute la ville connaît un homme , pas très vieux mais à la démarche singulière. Et tout le monde le plaint et se demande ce qu’est cette maladie. Pensez donc, la maladie de Parkinson! C’est quoi? Pourquoi? Qu’y faire? Pas de doute maintenant tout le monde connaît!

Une dizaine d’années après, une connaissance meurt de la maladie de Charcot! Beaucoup de question dans son entourage, d’autant plus que le médecin parle de maladie orpheline, non étudiée car concerne « 5 à 8 personnes en France » . Hélas, la encore, la maladie est en constante progression mais la encore pourquoi?

Je pourrais continuer mon énumération des maladies en expansion mais à quoi bon?

Dans une autre note,  je raconterai une petite histoire « vraie », une conversation entre une maman et moi, conversation qui m’a fait réfléchir et qui interpelle ceux à qui je la raconte

31/05/2020

Coronavirus, peut-être une chance pour l’humanité? Bruno Lallement

Aujourd’hui, je me contente de transmettre la copie d’un article qui résume exactement ce que je pense. Il y a si longtemps, près de 50ans ,que nous alertent des chercheurs, des écologistes, des philosophes, personnes de bon sens capables de réfléchir aux conséquences de la vie  dans laquelle on nous précipite ... au nom du progrès et de la science.

Bruno Lellement est un auteur conférencier et humaniste que j’apprécie.

« L’humanité tout en entière est en train de vivre une situation sans précédent dans son histoire non pas en termes d’épidémie elle-même ni en nombre de décès, n’oublions pas les 100 millions de morts de la grippe espagnole et de bien d’autres fléaux que l’être humain a dû affronter au cours de son histoire.

Non il s’agit de bien autre chose qu’une histoire de coronavirus.

Un micro-organisme invisible à l’oeil nu vient de clouer au sol la plupart des avions de plusieurs nations, vient de stopper la production d’un grand nombre d’industries, de réduire la pollution de masse que nous engendrions par nos seules activités, d’offrir une pause à des milliards d’animaux qui souffraient cruellement de l’activité humaine et j’en passe, bref ce si minuscule organisme vient de paralyser toute l’économie mondiale et de provoquer un crash qui risque d’être bien plus important que celui de 1929

L’être humain qui se croyait si important, si supérieur à toutes les autres espèces vient de prendre une leçon d’humilité et révéler sa fragilité. Nous qui pensions pouvoir tout contrôler, qui pensions grâce à nos connaissances et notre soi-disant supériorité technologique pouvoir plier la nature à nos désirs, nous sommes en train de payer le prix de notre arrogance et de notre inconséquence.

Nous n’avons pas compris qu’en nuisant à la nature c’est à nous-mêmes que nous nuisons puisque nous nous combattons nous-mêmes en agissant de la sorte. Nous n’avons pas compris que le remède à la guerre ne sera jamais une guerre de plus, nous n’avons pas compris que la maladie est une information que nous envoie notre corps pour que nous retrouvions notre équilibre et non pour éliminer une anomalie.

Et si c’était une question d’équilibre.

Tous les scientifiques le disent, les virus et les bactéries font partis de la vie et même participent à notre santé, mais lorsque l’équilibre est rompu, cela se traduit par la maladie ou la destruction.

Pourquoi la plus ancienne de toutes les médecines ne traite pas des maladies (médecine traditionnelle chinoise), mais restaure des déséquilibres avec bien souvent plus de succès que n’en obtient notre médecine occidentale ? Pourquoi les individus authentiquement heureux tombent beaucoup moins malades que les autres ?

Tant que nous combattrons la nature, tant que nous nous contenterons de la spolier pour nos seuls plaisirs personnels au lieu de la considérer comme une alliée et la traiter comme il se doit, nous avons encore de quoi trembler devant les nombreux fléaux qui nous attendent.

Mais nous le savons, la peur, la convoitise, le désir avide, l’orgueil ont fait bien plus dégâts à eux seuls que le plus grand des fléaux sur terre.

Alors quelle chance offre ce coronavirus à l’humanité ?

La chance de se réformer enfin et de comprendre que l’être humain ne peut vivre sans la nature, sans la comprendre au lieu de l’exploiter, sans la respecter au lieu de se servir d’elle impunément, sans y voir une alliée au lieu d’une ressource à son service.

Quand l’être humain aura enfin compris que la nature est tout simplement une partie de lui-même qu’il doit apprendre a chérir, alors trouvera t-il peut-être enfin l’harmonie et la paix qu’il cherche depuis si longtemps en essayant vainement de la conquérir.

Et pour terminer quelques chiffres en vrac

9 millions d’enfants meurent de faim chaque année, l’équivalent d’une ville comme Aix-Les-Bains par jour.

69 milliards d’animaux terrestres sont tués par an pour notre seul plaisir de la table

1000 milliards de poissons par an dont une grande partie sert à nourrir les cochons.

60% des espèces ont disparu en seulement 40 ans

Je passe sur les déforestations en masse et tout le reste

Tout cela pour que nous, êtres humains, puissions satisfaire nos désirs avides, et non nos besoins fondamentaux.

La vraie question, est : où se trouve le bonheur lorsque nos actes conduisent à la destruction de la planète qui nous porte et des espèces qui en font toute sa richesse et sa beauté ? »

Et je terminerai par une citation du Pape Francois hier soir en cette veille de Pentecôte

« Des grandes épreuves de l’humanité, et de cette pandémie, nous sortirons meilleurs ou pires... oui nous avons le choix...  meilleurs ou ... pires !