Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Hommage aux médecins du temps passé!

Depuis quelque  temps, je fais une comparaison entre la médecine depuis mon enfance jusqu’aux années 1960 et la médecine actuelle. Ce ne sont que des souvenirs personnels depuis la annees 1935 

Tout d’abord ce qui me frappe c’est actuellement la négation, le refus et la haine de toute médecine naturelle.

Voici des exemples que j’ai vécu.

  • le médecin qui m’a soignée pendant toute mon enfance recevait beaucoup d’enfants avec des brûlures dues à la cheminée ou au côté brûlant de la cuisinière. Il les dirigeait immédiatement vers la «  coupeuse de feu » quelques rues plus loin en affirmant qu’elle soulagerait la douleur « mieux que lui »
  • J’ai côtoyé la vieille demoiselle à qui on avait diagnostiqué un cancer du colon. C’était une croyante fervente qui faisait le catéchisme. Elle demanda au médecin ce qu’il pensait de faire une « neuvaine ». La réponse immédiate fut « c’est une très bonne idée et ça vous fera beaucoup de bien! »... Elle a guéri!
  • Un jour mon oncle, cultivateur s’était bloqué le dos au point de ne plus pouvoir marcher. Visite du médecin et conseil. « Oh vous savez, moi je ne peux pas grand chose pour vous mais à N... il y a un merveilleux « rebouteux » avec qui je travaille.
  • Et beaucoup plus tard, j’ai été soignée par  une femme médecin homéopathe et acuponcteur. Lorsque ça ne lui semblait pas trop grave on repartait avec 2 ordonnances, l’une homéopathique et l’autre pour l’utiliser si au bout de quelques jours ça n’allait pas mieux.

Les médecins manifestaient beaucoup d’empathie envers leurs malades.

  • Celui qui nous soignait au début de ma carrière d’institutrice résidait dans un village voisin. Alors souvent à l’heure du déjeuner il frappait à la porte et demandait si parmi ses petits patients, j’avais des enfants malades. Et il allait offrir ses services, quelquefois en voyait 2 ou 3 car les familles étaient nombreuses et... demandait une seule visite car « il aurait eu honte »!
  • Un dimanche un de mes enfants hurlait son oreille. Avec hésitation, je  décide de téléphoner a la femme du médecin,  ( secrétaire et amie de tous) pour lui demander non une visite mais un conseil. Réponse « Mon mari passera ce soir ». Je suis gênée et refuse mais rien n’y fait, il est passé et nous a rassuré.
  • Mais la plus belle histoire est celle de ma grand mère. Vieille et seule,  pendant la guerre, bien loin de sa famille, elle avait une mauvaise santé. Vers 23h le médecin, revenant à pied d’une réunion municipale passe devant chez ma grand mère, et voit de la lumière dans la fente des volets. Il frappe en disant qui il est. Ma grand mère ouvre et entend « Ce n’est pas que vous êtes malade que vous n’êtes pas couché à cette heure? » Et il s’assied 5mn! ... ce qui a fait beaucoup de bien à ma grand mère a t elle dit en souriant

Car les médecins du temps passé étaient de fameux psychologues. Il est vrai que pour faire un diagnostic ils n’envoyaient pas chez un spécialiste mais essayaient de comprendre et pour cela, ils devaient  connaître leur patient et sa vie.

Car ils savaient que le mental a une importance énorme sur la santé. Et plusieurs des médecins que j’ai connus avaient des « dons » surtout auprès des enfants! Comme avait dit l’un d’eux a un enfant de5 ans « Tu sais bien que je suis un peu sorcier, quand tu me vois, tu vas tout de suite mieux ».  ( Et c’était vrai). Ou alors cette phrase que je trouve très belle «  Tu cherches une belle formule magique et tu frottes là ou tu as mal en la répétant et tu verras, tu auras moins mal »

Et oui, je pourrais donner les noms, les lieux!

Je ne dis pas que les médecins d’aujourd’hui sont mauvais mais le monde a bien changé.

On pourrait croire qu’ils étaient  «  taillables et corvéables à merci ». C’est à la fois vrai et faux!

Et il avait tant de métiers ou on n’avait pas d’heures fixes de travail où on était «  aux services des autres » pour faire du bien , pas pour gagner de l’argent. Et d’après ces gens du temps passé, ça rendait heureux

Écrire un commentaire

Optionnel