Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Merci à la chronique Agora et à Bill Bonner!

Il y a une quinzaine d’annees, cherchant Agora Vox sur Internet j’ai découvert «  la chronique Agora » une lettre boursière qui m’a semblée n’avoir aucun intérêt pour moi , retraitée sans revenus à placer. Mais les articles de Bill Bonner m’ont intéressée par l’analyse qu’il fait de la société. J’ai lu puis me suis abonnée à la lettre journalière et depuis, chaque jour, à l’heure du déjeuner, je découvre avec plaisir ce qu’il a écrit: bon sens, intelligence réfléchie, lucidité et humour.... j’apprécie... et approuve.

Et voilà ce que j’ai  lu hier pour l’Amérique, mais transposable à tous les pays.

« Les élites sont d’accord sur un point...

Les  électeurs ont de l’influence, évidemment. Mais très peu.

Ils peuvent choisir un costume-cravate vide plutôt qu’un autre. A la marge, ils peuvent vaguement pousser le gouvernement à construire des murs... à changer l’hymne national... ou même à réduire les impôts.

Les politiques importantes – la guerre ou la paix, les dépenses ou les économies – sont décidées par les initiés... les élites éclairées, qui comprennent des millions de personnes réparties dans les médias, les universités, la bureaucratie, les lobbyistes, les membres du Congrès, le marigot, et le Deep State...   (L’État profond, une expression désignant au sein d'un État, une instance parallèle ou une entité informelle détenant secrètement le pouvoir décisionnel sur la société et tous les choix politiques d'une démocratie)

Ces gens – qui représentent entre 1% et 10% de la population américaine – sont les riches et les puissants.

Même s’ils se battent furieusement entre eux sur une vaste gamme de sujets, ils sont tous d’accord sur un point – qui condamne la nation...

Ils représentent les jolies pommes bien juteuses au sommet de la pile. La dernière chose qu’ils veulent, c’est que quelqu’un renverse le panier !

En d’autres termes, quoi qu’ils disent... les changements de fond sont précisément ce qu’ils refusent...et qu’ils ne permettront pas

Plus leur richesse et leur pouvoir en viennent à dépendre de la force brute (Gestapo... police secrète... escadrons de la mort... goulags...) ou d’une monnaie frauduleuse (dollars sortis de la planche à billets), plus la société dans son ensemble va à l’encontre de problèmes.

Comme on l’a vu tout au long de l’Histoire, ils auront recours à tous les moyens – vol, "disparitions" de citoyens, torture et contrefaçon – pour s’assurer que demain ressemble autant que possible à hier.

"Eux contre nous"

Cette analyse me paraît très juste et est valable pour tous les pays du monde. Partout le pauvre citoyen n’a plus d’autre droit que de courber le dos! Un grand merci a la chronique Agora  et a Bill Bonner pour une explication intelligente  de notre «  pauvre monde »

Écrire un commentaire

Optionnel