Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Restriction de libertés: la pandémie est un levier puissant!

C’est en avril 2020 que j’avais vu le documentaire de Sylvain Louvet sur Arte "Tous surveillés: sept milliards de suspects". En décembre, j’ai su qu’il avait obtenu le Prix Albert Londres 2020. Peu doivent savoir qui était Albert Londres, mes parents lisaient tous ces articles et l’admiraient. J’ai eu envie de revoir ce film qui est en Replay sur Arte jusqu’en juin Et, après une année de restriction de nos libertés a cause du Covid, je l’ai appréhendé très différemment. 

J’ai trouve un interview de S Louvet sur Telérama et je vais en partager des extraits

« Je voulais comprendre comment les technologies de surveillance déployées à grande échelle en Chine étaient spécifiquement utilisées pour réprimer les Ouïghours, la minorité musulmane, au Xinjiang. Au Xinjiang, le régime chinois a mis en place ce que j’appellerais une "dictature numérique". Et en enquêtant, je me suis rendu compte que cet arsenal techno-sécuritaire se diffusait partout sur le globe, aux États-Unis, en Europe, en France. Cette investigation au départ centrée sur la Chine s'est donc élargie à l'ensemble de la planète….

En voyant fleurir les expériences de reconnaissance faciale en France,,les détecteurs d’émotions à Nice, les capteurs de sons suspects a St Etienne j’ai voulu alerter le public sur cette société du tout-sécuritaire qui se dessine. …

Car c’est devenue une industrie, dont le poids se chiffre à quarante milliards de dollars et qui  préfère  l’opacité. Particulièrement prisées par les régimes autoritaires et dictatoriaux, les technologies les plus intrusives se frayent aujourd’hui un chemin jusque dans nos démocraties occidentales, au nom d’une faim jamais rassasiée de sécurité. »

Il a expérimenté en  Chine,la surveillance, les interdictions, les témoins empêches, le chauffeur disparu et a quitté la Chine  en catastrophe sa carte mémoire dans sa chaussette.

Ce qui le navre et l’inquiète 

« Le schéma est toujours le même : les États justifient les dispositifs de surveillance par la nécessité de protéger les citoyens d’une menace. Ceux-ci sont déployés à titre dérogatoire ou préventif. Or, dès que surgit un attentat ou un virus, le verrou saute et les technologies sont généralisées.L’adhésion se fait par la peur, et ce que je trouve terrifiant, c’est que la pandémie est un levier encore plus puissant que le risque terroriste…

Doit-on accepter de renoncer à nos libertés individuelles sous couvert de nécessité ? De nos jours, les états sont de plus en plus nombreux à avoir recours aux technologies de surveillance pour arrêter la propagation du coronavirus. Ce documentaire nous dresse un portrait effrayant de l'obsession sécuritaire. Des caméras à reconnaissance faciale à la répression chinoise des Ouïghours, il semblerait que le totalitarisme numérique est devant nous »

Chacun de nous devrait voir ce film et réfléchir. Toute catastrophe est un motif pour restreindre nos libertés …. et on ne revient jamais au Monde d’avant!.

Écrire un commentaire

Optionnel