Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur le sens des mot à la mode " Républicain et Laîque"

Depuis toujours je m'affirmais laïque et républicaine et j’avais toujours milité pour la défense de ces 2 mots.Or, en ce moment, je doute du sens que je leur ai donné car , pour moi, c'est admettre la différence et ne pas humilier donc tolérance et respect! Je n’ai  pas compris la fermeture des églises pour les célébrations, et j'ai été choquée  de l’exposition des caricatures, y compris sur des édiles publics 

Quand j’ai su que les églises étaient fermées, moi qui ne les fréquente pas, j'ai pensé  que cette restriction à la liberté du culte était inutile et choquante.

 Empêcher les messes alors que les églises sont rarement pleines, qu’on est assis sagement sur un banc et qu’on peut être loin l’un de l’autre,  j’avoue ne pas comprendre. Dans les transports en commun, les grandes surfaces on se côtoie, on touche les mêmes choses sans que personne n’y voit à redire. C’est essentiel,bien sur . Mais qu’est ce que l’essentiel? Manger oui ( encore pas dans les restaurants), croire, non? Est ce la négation du rôle de la spiritualité?

Et j’ai pensé à ma grand-mère, une catholique fervente avec ce qu'on appelait la « foi du charbonnier ». Lorsque j'ai eu une voiture je l'emmenais en promenades et toujours nous entrions dans les églises. Ma grand mère priait et moi j’aimais beaucoup l’atmosphère de ces petites églises de campagne. À cette époque elles étaient toujours ouvertes. Un jour, on s'est trouvés devant une …fermée. Déception  de ma grand-mère a qui j’ai expliqué qu’il pouvait y avoir vols ou dégradations. Elle s'est insurgée et a affirmé  «  Mais, on ne peut pas  nous empêcher le prier, Dieu n'aurait pas voulu çà ». Ça m'a fait rire mais finalement aujourd'hui je la comprends.

Et parlons des caricatures! On a émit à ce sujet des idées bien différentes. 

Je reviens à ma note de l'autre jour que je terminais en parlant du Père Noël et expliquait  à mes élèves de six gens qu'ils ne devaient pas se moquer de leur petite sœur qui y croyaient encore. Se moquer, c’est humilier et combien souffrent toute leur vie de ce ressenti! Au  nom de la liberté, on  ignore totalement le mal qu’on peut faire en tournant en dérision la croyance . 

De plus, identifier la république à la caricature religieuse semble dire qu'être républicain, c’est avoir le droit de se moquer de tout. On a le droit personnellement d’apprécier  mais partager et assener la vue de Mahomet en une position indécente, comme un sujet de dérision ça me fait très mal. Et j’affirmerai la même chose pour toute religion, toute croyance.

Dans le petit village de mon enfance, il n’y avait qu’ une école …publique et mixte d'une …cinquantaine d'élèves de 4 à 14 ans, ( et oui, j’ai vécu 52 élèves dans 1 classe et on y était heureux!). J’ai gardé en tête les 3  maximes qu’après la leçon de morale, on laissait  sous nos yeux des semaines entières.  : 

« Ne  fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'on te fît »,( on connaissait l’imparfait du subjonctif a cette époque)

«  La liberté des uns s’arrête où commence celle des autres »

 et la troisième martelée par l’institutrice en toute circonstances:

«  Penses aux conséquences de tes actes ». 

Je crois vraiment qu’en cette année 2020 c'est devenu ringard et … c’est bien oublié!

Écrire un commentaire

Optionnel