Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2016

Oui la "révolte de paysans" est logique et juste!

Devant ma télé hier, j'ai ri en voyant, au Salon de l’Agriculture, les prétendants à l'investiture des Républicains se suivre les uns derrière les autres, un grand sourire aux lèvres, serrant les mains des agriculteurs. Aujourd'hui ce sera Juppé, demain d'autres, venant de tous horizons politiques, tous essayant de s'attirer les bonnes grâces du monde paysan en affirmant, le coeur sur la main, les comprendre , les soutenir et les aider. Ridicule et consternant!

D’ailleurs ce salon est le symbole de l’hypocrisie et de la manipulation! Il est consternant de le voir placé sous le signe des grandes enseignes industrielles et commerciales. Car ce sont elles qui s’enrichissent mais elles qui ruinent a petit feu les agriculteurs, elles qui ont créé cette société où le vrai paysan ne peut plus vivre.

Tout cela sous la bannière de Xavier Beulin, président de la FNSEA, responsable en partie de l’état ou se trouve l’agriculture française. Son autre casquette est la présidence d’Agri-Sofiprotéal: 7 milliards de chiffre d’affaires, 150 sociétés, 22 pays dont les pays du Magreb où il pratique l’accaparement des terres pour le développement de la production d’huile de palme et d’agrocarburants au détriment de l’environnement et de la sécurité alimentaire des populations locales. Le holding de Beulin est partout, huiles, oeufs, viande, volaille, alimentation animale, biodiesel, cosmétiques, peintures, polyuréthane huile de palme, semences OGM, et par dessus tout l’agriculture industrielle. Un vrai inventaire à la Prévert! Et je ne suis pas sure d’avoir tout comptabilisé. Ah! j’oubliais, il est parfois paysan… gros céréalier dans le Loiret! Cela fait de lui un des hommes les plus riches de France, influent au point d’obtenir ce qu’il veut du gouvernement par le lobbiyng de son groupe et …. c’est en lui que les petits paysans acculés si souvent au suicide voient un Sauveur! Aberrant!

Car les paysans se suicident de plus en plus. Le 11 novembre 2015, un maraîcher breton a érigé 600 croix blanches devant la basilique ND d’Auray, a la mémoire des 600 suicidés de l’année! Dans son Manifeste il affirmait: «Plus de 600 agriculteurs par an se suicident, soit environ deux personnes par jour, l'équivalent de quatre Airbus (crashés) par an. Ce chiffre est plus de trois fois supérieur à la moyenne des autres catégories socio-professionnelles. … Le suicide est la troisième cause de mortalité dans le monde agricole après les cancers et les maladies cardio-vasculaires». ( et encore les cancers sont souvent dus aux produits employés en agriculture)

Il y a peu de temps, j’ai lu «  Lettre à un paysan sur le vaste merdier qu’est devenue l’agriculture » de Fabrice Nicolino. L’éditeur explique « Dans cette lettre à un paysan de 90 ans, Fabrice Nicolino revient, avec la verve, la précision et la limpidité qu'on lui connaît, sur les révolutions qui ont ébranlé l'agriculture : la standardisation à outrance et la mécanisation des cultures et de l'élevage, l'utilisation des pesticides et des engrais, l'influence grandissante des ingénieurs agronomes, le remembrement des terres, la limitation des semences, la mise de l'agriculture au service de l'industrialisation. Et aujourd'hui, le braquage des terres à l'étranger pour pallier le manque de surface agricole. Il déplore ces "commandos français venus de l'Inra, de la recherche, de la haute administration, du syndicalisme paysan officiel" qui, "enivrés d'Amérique", ont sauté "sur les campagnes, fusillant sans jugement quelques millions de paysans", "enfermant à triple tour veaux, vaches et cochons, inondant les champs de nouvelles molécules chimiques, et finissant la journée en se tapant dans le dos de contentement."

J’ai vécu familialement cette évolution et le livre m’a beaucoup touchée car j’ai reconnu la justesse de beaucoup de faits énoncés.
Je suis fière d’être la petite-fille d’un petit paysan vendéen et la nièce d’un oncle qui affirmait « être pèsant 200% et fier de l’être ». Dans les années 50, le dit oncle a entraîné mon grand père avec qui il travaillait a suivre la voie du «progrès », un mot magique qui l’obligeait à voir de plus en plus grand, de plus en « rationnel » donc à devenir MODERNE, le Maître Mot de l’époque . Que s’est-il passé? peu à peu les directives de la coopérative ont été abandonnées pour une polyculture qu’on appellerait « raisonnée ». Et à 93 ans, mon oncle, devant son poste de télé, un jour de 2004, s’est mis en colère en me disant «  Vois tu, les paysans d’aujourd’hui sont plus des paysans! » et devant mon air interrogateur a ajouté «  Oui, car il ne connaissent plus la terre et ne la respectent pas! »
Je crois, comme le dit Fabrice Nicolino que la disparition des agriculteurs a été voulue et programmée, mais il y avait sans doute moyen de le voir et de réagir avant d’en arriver au suicide!

Les commentaires sont fermés.