Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2016

Aux hommes, et pourquoi pas aux animaux, une heureuse année 2016!

A la demande d’une amie qui habitait loin de moi et aimait nos conversations lors de nos rencontres, j’ai créé ce blog le 20/10/2007. J’étais bien loin d’imaginer que je l’animerai encore en 2016. Je vais avoir 84 ans, c’est un âge qui ne me préoccupe guère. L’avenir est devant moi et il y a tant à découvrir, à étudier, à réaliser. Pour moi, à 84 ans, comme à 42 ou à 21 … je fais la même constatation que Paul Valéry «  J’ai beau faire, tout m’intéresse ».
Que d’évènements déroulés au fil des jours, que de réflexions, d’ indignations , d’enthousiasmes ont été partagés dans ce blog.
Je suis toujours été étonnée par le nombre de mes lecteurs, et touchés lors de leurs manifestations de sympathie . Je remercie mes «  amis fidèles » et à tous j’offre des voeux bien sincères de bonne année. Si seulement 2016 pouvait apporter au monde compréhension, tolérance, respect, amour. Cela, hélas! j’en doute, les hommes n’en prennent guère le chemin!
Je voudrais aborder l’année avec un sujet léger, en consacrant ma première note aux animaux.
C’est d'abord l'histoire d'un chien de la famille, un border collie de 7 ans, dont le maître joue de l’harmonica. Les premières années, le chien a écouté et un beau jour, il s’est mis à accompagner avec des « cris » qui ressemblaient à celui de ses congénères hurlant à la mort. Ce n’était pas très harmonieux.
J’ai retrouvé ce chien pendant quelques jours. Il est devenu musicien et « chante » une vraie mélodie. C’est sur un registre étendu qu’il module, égrenant même des sortes de trilles. J’ai été stupéfaite de constater que la dernière note ( tenue s’il vous plait) était  a l’unisson de celle de l’harmonica. Plus stupéfaite encore, j’ai du constater que parfois, il y avait une tierce d’écart avec la mélodie … choeur à 2 voix!. Hasard? je ne crois pas! Alors pourquoi? comment?
Et il y a un plus: il ne chante que ce qu’il aime, des airs très mélodieux et un peu romantiques, le reste du temps, la tête entre ses pattes, il écoute son maîtres en restant immobile et silencieux.. Donc il a des choix musicaux qu’il tient à exprimer et qu’il assume!
Le statut des animaux de compagnie est passé depuis peu, de "biens meubles" à "êtres doués de sensibilité ». une avancée car ce n’est pas humaniser un animal que de constater qu’il fait preuve d’intelligence, de réflexion et de préférences. Ses sens beaucoup plus développés que les nôtres l’aident peut-être?
Et si on prenait le temps de regarder vivre les animaux les plus humbles? On s’émerveillerait sans doute autant que devant ses chiens ou chats, trop souvent enfants de substitution
J’aime évoquer le petit merle, mon ami, qui n’ose pas entrer dans ma véranda mais vient souvent me « parler » à la porte. Je repense à des rencontres a vélo, souvent au petit matin, avec des animaux, surtout jeunes, qui ne se sauvent pas et m’observent: un lapereau avec des si jolis yeux, un ragondin qui me toisait du bout de son île, un corbeau qui veillait un congénère mort sur la berme et ne s’est pas envolé quand je me suis arrêtée. Je pourrais citer d’autres exemples Et je pense toujours avec tendresse à l’araignée que j’avais « apprivoisée » et qu’un tapotement sur le bord de la baignoire faisait apparaitre comme par magie. Nous nous sommes « fréquentées » pendant près de 6 mois!
Comme l’a écrit Lamartine: « On n'a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n'en a pas. » En 2016, il serait peut -être temps « de les considérer non plus comme des êtres inférieurs mais comme nos concitoyens sur cette terre ( Matthieu Ricard)

Les commentaires sont fermés.