Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2015

Je termine mon SMS par un point: je suis agressif et cassant!

Je ne peux m’empêcher de partager immédiatement , en une note brève, ma découverte de ce matin! ll ne faut pas terminer un texto par un point comme on nous l’a toujours appris grammaticalement.

Bizarre, me direz vous ! Oh non! Une très sérieuse étude de l’université de Binghamton aux USA intitulée «  les textos pas sincères: le rôle du point dans les SMS », conclut qu’un point a la fin d’un texto fait passer son auteur pour « quelqu’un d’hypocrite, de cruel et d’antipathique »,. Ecrire  « oui. » est hypocrite, mais écrire « oui »  ou encore mieux « ouais » ou « OK »,  est sincère.

J’apprends avec stupéfaction que le point est « sec, agressif et cassant ». Il est vrai qu’on a maintenant les émoticons pour remplacer la ponctuation, mais tout de même, pourquoi attribuer un rôle aussi négatif a notre bon vieux « . »
Il a fallu mobiliser des psychologues surement fort savants pour découvrir que toute la génération des « vieux » qui ont appris la grammaire sont des êtres agressifs et cruels. C’est, paraît- il la « fracture générationnelle ». Pour les jeunes, la ponctuation, car ce ne sont pas seulement les points , indique un être « sec et cassant ».


Les jeunes ont attribué un nouveau sens aux signes de ponctuation: plusieurs points d’exclamation montrent une forte insistance, plusieurs points d’interrogation demandent une réponse très rapide, les trois petits points indiquent des sous entendu, quant au point, il indique sèchement … fin de conversation.


Bref, j’ai avancé ce matin sur le chemin de la compréhension de la jeunesse actuelle et une fois de plus, j’ai réalisé que je ne suis qu’une « vieille conne » ( pardonnez moi l’expression!).


Et je repense à Apollinaire qui lui aussi innova, en supprimant toute trace de ponctuation, dans son recueil de poèmes « Alcools ». Blaise Cendrars l’avait supprimée aussi en certaines circonstances. Selon eux, en poésie, le rythme du vers et de la respiration suffisent. Mais il n’empêche que cela ne simplifie pas toujours la compréhension! Il faut se dire que c’était aussi la fracture générationnelle!
.
(Surtout ne pas mettre de point a la fin de ma note, par habitude). C’était mon sujet du jour, un point c’est tout

Les commentaires sont fermés.