Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2015

Et si on reparlait des réfugiés climatiques?

Encore aujourd'hui deux informations se télescopent et se contredisent. On a appris qu'en 2014, il y a eu 13,9 millions de personnes déplacées à cause des conditions climatiques. 

D'autre part une famille vivant a Kiribati mais dont tous les membres ( parents et enfants) sont nés en Nouvelle-Zélande, s’est vue refuser l’asile au titre de réfugié climatique et ce, dans son propre pays.

 

 Ioane Teitiota, 38 ans, réclamait ce statut au motif que lui, sa femme et leurs trois enfants, couraient un péril mortel aux Kiribati.Des zones entières de l’archipel, une trentaine d’atolls coralliens dont la plupart dépassent à peine le niveau de l’eau, sont, de fait, régulièrement envahies par l’océan. L’érosion grignote les rivages, et les récoltes s’appauvrissent en raison de l’infiltration d’eau salée dans les réserves d’eau douce.

La cour Suprême de Nouvelle Zelande a refusé de l’accueillir au nom de refugié climatique estimant « qu’il avait un defi à relever mais ne courait pas de réel danger! »

 

Les iles Kiribati! j’en ai dejà parlé quand leur président parcourait vainement le monde à la recherche d’une aide des gouvernements riches, parmi ceux qui ne risquent pas de voir leur pays englouti par les eaux. En vain!

La quasi totalité des iles de cet archipel culmine à quelques mètres au dessus du niveau de la mer et elles sont destinées à disparaitre.  Le gouvernement est en pourparlers avec celui des iles Fidji afin de leur acheter quelque 2000 hectares de terre. La population serait alors transportée sur leur nouveau territoire, situé à environ 2 000 kilomètres de distance. Le président a évoqué aussi le transfert de la population enAustralie ou en Nouvelle Zélande.
Or, la première demande, effectuée par un père de famille d’origine néo zélandaise est refusée! Cela inaugure bien de l’avenir!

 

Il y aura d’après l’ONU 250 millions de réfugiés climatiques en 2050! Une personne déménage chaque seconde à cause des changements climatiques, affirme l’ONU! Les Maldives, le Bangladesh, l’Afrique avec l’avancée de tous les déserts… dans toutes les régions de la Terre, des êtres humains par millions sont concernés. Ces « réfugiés » n’ont aucun statut juridiques au niveau du droit international. 

 

Or, ils sont 3 fois plus nombreux que les réfugiés des guerres! Que va-t-on en faire  dans les décennies a venir?   Quand on crie «  on est chez nous » et combat l’entrée de quelques migrants qui traversent la Méditerranée, on se demande  comment faire avancer le problème. 

 

Je sais, lorsque je parle de çà autour de moi , on me rétorque «  Mais çà ne te concerne pas , il y a longtemps que tu ne seras plus là ». C’est vrai, mais cet égoïsme de tant de nos concitoyens me semble monstrueux.

Notre génération est sans doute responsable du désordre de notre planète! Nous avons mis des enfants au monde, nous les aimons, nous ne pouvons nos  désintéresser du monde que nous leur laissons. Ne peut-on pas penser que les autres sont aussi des êtres humains, avec les mêmes sentiments que nous, les mêmes droits à la vie sur notre planète…. et qu’il faudrait les accueillir.

 

Je  vois mal partis  les 250 millions de refugiés prévus par l’ONU,  tensions,  guerres,  massacres, que peut-il se passer d’autre si personne n’est prêt à leur consentir une petite place ?

Les commentaires sont fermés.