Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2016

La colonisation, vue par une petite fille, née en 1932


Avant de commencer à parler d'actualité, je voudrais évoquer le rôle de notre pays dans ce qu'on appelait la France d'Outre Mer. J'étais bien jeune mais, fille unique habituée à être mêlée aux conversations des adultes, je garde beaucoup de souvenirs précis.
Un de mes oncles, gendarme, dans les années 1935 à demandé à être muté en Algérie, française à cette époque. A une permission, il a raconté à mes parents, scandalisés, qu'il était la-bas pour " casser du bougnoule " et " faire suer le burnous". Pourquoi n'ai je pas oublié cette phrase? Bien simplement parce que la seconde expression m'interpelait. Ma tante m'avait rapporté un joli petit burnous en laine naturelle tissée à la main et rebrodee! Je l'ai adorée pendant toute mon enfance. Mais comment peut on faire " suer le burnous"? Mon père me disait" tu le fais suer " quand la bavarde que j'étais l'ennuyait, ma grand mere me passait la main dans le dos quand j'avais couru en me disant" tu as encore sué" ... Ét Je n'ai compris que bien des années plus tard ce que cet oncle avait voulu dire.
A l'opposé, une amie de ma mere, institutrice publique etait elle aussi en Algérie et ne tarissait pas d'éloges sur l'attention, la bonne volonté et l'application de ses élèves et elle louait les qualités d'accueil de leurs parents et leur gentillesse à son égard.
Pour l'AOF, j'écoutais les dires d'une amie de ma grand mere, religieuse dans une mission où elle faisait tout le bien qu'elle pouvait autour d'elle surtout pres des enfants et de leurs mères. Mais son but etait l'évangélisation de tout un peuple pour lui faire adopter la religion catholique!
Ma grand mère admirait son amie, ma mère mettait un bémol car disait-elle, "on coupe ces gens de leurs racines, de leurs coutumes et de leur religion".
C'est aussi ce que pensait un des camarades d'enfance de ma mère, directeur d'école dans un des ces pays , qui était choqué de faire réciter " Nos ancêtres les Gaulois étaient blonds aux yeux bleus" à ses petits Noirs et en morale devait apprendre à ses élèves qu'ils devaient bien travailler et s'instruire pour devenir.... de bons petits boys pour les Européens! Il m'expliquait que boy, c'était domestique bon à tout faire, souvent rudoyé et humilié dans les familles francaises.
La colonisation, pour l'Afrique, il y a eu du bon, du mauvais mais toujours avec l'idée qu'il s'agissait d'êtres inférieurs qu'on devait " mater" et "formater"!
Quelques générations ont passé mais quel est le ressenti des descendants? Dans ma prochaine note, avant de parler du présent, je raconterai les guerres de Vendée! Quel similitude? La même négation de l'individu, l'obliger à abandonner ses conviction et décider à sa place avec l'argument que "c'est pour son bien!"

Commentaires

Très heureuse de vous retrouver.
Un grand merci.

Écrit par : Suzanne | 01/08/2016

Les commentaires sont fermés.