Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2015

Au nom de tous les morts de l'intolérance et de la haine

Samedi, une note était prête, qui entrait dans la catégorie "des raisons d'espérer". Le drame qui s'est passé vendredi soir à Paris a stoppé net mon élan.
J'ai écrit à chaud, puis attendu avant de publier cette note.
Comment on est-on arrivé là? Assassiner froidement des gens du peuple, des gens simples et ordinaires au nom d'une religion. De tout temps, sans remonter à la St Barthelemy, les 3 religions du Livre, si semblables et issues des mêmes racines se sont entretuées et chaque siècle à engendré des massacres. Après la barbarie de la dernière guerre, non religieuse mais raciale (et oui, la "race", la différence, encore une raison de tuer!), on pouvait espérer une certaine avancée sur les chemins de la sagesse et une sorte d'entente au sujet de ce Dieu qui est .... le même pour tous.


Réfléchir, essayer de comprendre, ce n'est pas chercher des excuses! Je pense d'abord aux morts francais innocents, ã tous ceux qui aimaient le Death Métal et ont laissé leur vie au Bataclan. Mais j'unis dans ma pensée les morts musulmans, en Afrique ou ailleurs, des dizaines de milliers d'innocents exécutés ces dernières années par Boko Haram, par Daech ou autres, tous ces hommes et ces femmes qui n'avaient qu'un défaut, être d'une autre religion, d’une autre " branche" de l'Islam ou …. être rebelles a une pensée unique. Et je plains mes amis, francais et musulmans sincères, qui vont avoir encore plus de mal à vivre dans notre pays, de plus en plus rongé par le rejet et l'amalgame.


Il y a 2 ans, je me suis mise à étudier ces 3 religions jumelles, à lire textes sacrés et études , à essayer de comprendre puis réfléchir, réfléchir! Aujourd'hui, ce ne sont pas les médias qui nous y aideront. Un ami me disait hier son écœurement devant la manière dont le drame était traité par télés et radios. Oui, son écœurement devant un " voyeurisme inadmissible, honteux, qui n'est pas de l'information"!
Articles, livres,j’ai cherché ce qui explique la genèse de la montée du terrorrisme, nos implications dans le vie d'autres nations, nos interventions pas toujours nécessaires. J’ai remis en question beaucoup de « certitudes ». Et je retiens le très bel article d'un psychologue et chercheur français: Serge Tisseron l'a écrit pour aider les parents à expliquer les évènements de la nuit du vendredi 13 aux enfants. Tous nos concitoyens qui ne sont que rejet, fureur et vengeance feraient bien de le lire, de le relire.... et de réfléchir avec bon sens et sérénité! Rien n'est simple. Il existe d'autres nuances que blanc et noir!
Le titre de l'article: "Attentats a Paris: comment en parler aux enfants". Les termes "ce ne sont pas des chacals, ce ne sont pas des vautours », choqueront peut-être, mais il y a des actes barbares exécutés des êtres humains, qui n'ont aucune excuse mais peut- être une explication!


Et je veux terminer par un extrait de la publication sur Facebook d’un homme qui a perdu sa femme vendredi soir. Il ne faut pas oublier son nom « Antoine Leiris » et lire et relire ces mots admirables.

Vous n’aurez pas ma haine”
Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a fait à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son coeur.

Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr. Vous l’avez bien cherché pourtant mais répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes. Vous voulez que j’ai peur, que je regarde mes concitoyens avec un oeil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour la sécurité. Perdu. Même joueur joue encore.

Nous sommes deux, mon fils et moi, mais nous sommes plus fort que toutes les armées du monde. Je n’ai d’ailleurs pas plus de temps à vous consacrer, je dois rejoindre Melvil qui se réveille de sa sieste. Il a 17 mois à peine, il va manger son goûter comme tous les jours, puis nous allons jouer comme tous les jours et toute sa vie ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre. Car non, vous n’aurez pas sa haine non plus.

 Merci Monsieur, vous êtes « GRAND », vos paroles sont sublimes et, alors que j’entends crier haine et vengeance autour de moi, par des amis que j’estime, hélas!, vous me permettez de croire encore en l’homme et en l’idée de civilisation. N’oublions pas que Gandhi a écrit « Oeil pour oeil, dent pour dent, mais çà ne fera jamais que des aveugles et des édentés!".

Et l'idée de vengeance ne fait que se lever des terroristes de plus en plus nombreux.

Les commentaires sont fermés.