Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2015

Pourquoi tant de murs dans le monde?

Aux infos de 20 heures, hier soir, j’ai vu Angela Merkel huée par la foule, alors qu’elle arrivait dans un centre d’accueil pour migrants, après les incendies et les agressions des semaines passées. Une partie des hommes des pays favorisés souhaiterait vivre derrière des murs où les intrus ne pourraient pas pénétrer. Il y a quelques temps j’avais réuni une documentation sur les murs dans le monde, il m’a semble que c’était l’occasion de la mettre ne forme.

21 000 km de murs frontières s’élèvent pour tenir à l’écart l’Autre, le Différend qui ose s’approcher de « notre pays », murs qui s’édifient de plus en plus nombreux chaque jour

En 1961 s’élevait le « mur de la honte » qui séparait les deux Allemagne. Qui se souvient qu’en novembre 1989 quand il s’effondra, on célébra l’avènement d’un monde  nouveau, ouvert et fraternel,  où tous les hommes pourraient circuler librement. Chaque pays y alla de son discours vibrant de tolérance, de respect de l’autre et d’accueil.

 

Il restait à ce moment  là une dizaine de murs de par le monde. On dépasse maintenant la cinquantaine, plus de 21 000 km  construits en 25 ans.

Volonté de contrôler l’immigration, conflits géopolitiques, replis ethniques, montée du djihadisme, voilà de bonnes raisons de tout faire pour s’isoler. Alors qu’on ne parle que de mondialisation de frontières ouvertes, de libre-circulation, d’Internet universel , de nombreux pays ne rêvent que de murs, parfois longs de plusieurs milliers de kilomètres, barbelés ou électrifiés, atteignant parfois huit ou dix mètres de hauteur, à double paroi, gardés par des soldats, des caméras ou des drones de reconnaissance, souvent renforcés par des mines antipersonnel.  Il faut enfermer dehors les indésirables. On  définit une communauté sociale et territoriale digne de protection et on définit également les catégories dangereuses dont il faut se protéger. Il faut pouvoir contrôler le déplacement des « réprouvés »!

 

En voici quelques uns: mur entre les deux Corées, entre l’Inde et le Bangladesh, entre Israël et la Palestine ( qui ampute largement le territoire palestinien), entre la Hongrie et la Serbie et tant d’autres a tous les bouts du monde!. Il y a la petite ile de Chypre partagée en 2 depuis si longtemps. et surtout le fameux mur qui sépare les Etats Unis du Mexique, long de 1300 km ce qui n’est pas encore assez pour  Donald Trump, candidat américain à la primaire républicaine, qui en promet un,  allant du golfe du Mexique à l'océan Pacifique.

Il y en a un en construction entre la Tunisie et la Libye qui est en fait une tranchée, l’Ukraine souhaite en édifier un pour se protéger de la Russie.

Et l’Arabie Séoudite termine une muraille de plus de 900 km de long, équipée du matériel le plus sophistiqué qui l’isolera de l’Irak pour la protéger au nord de Daech, d’ infiltrations d'hommes, d'armes et de marchandises.

 

J’ai trouvé une belle phrase de Régis Debray et tellement vraie: «  Les riches vont où ils veulent, à tire-d'aile ; les pauvres vont où ils peuvent, en ramant. » et si j’en crois ce qu’on lit si souvent, en se noyant!

 

Qu’il y ait un mur ou la mer entre les migrants et le pays où ils se rendent, cela génère une véritable industrie, c’est un solide business pour les passeurs peu scrupuleux et ils sont légion. Au Mexique, il y’a même l’industrie des tunnels, tant et si bien que la la frontière est devenue une passoire et le sous sol un gruyère.

Ces murs rassurent mais en en fait, ils ne résolvent rien et entretiennent les conflits.

 

Mais que se passera-t-il si en 2050, il faut accueillir, comme on le prévoit,  250 millions de réfugiés climatiques venant surtout de pays pauvres donc dont personne ne voudra?

 

Décidément ma génération, née avant guerre aura fait tous les rêves, 

- plus de guerres … il y’a des conflit partout mais on ne les appelle plus guerres

- un monde meilleur fraternel ouvert, … ll n’a jamais été si individualiste et égoïste        

Et nous aurons eu toutes les désillusions.

Pourtant contre vents et marées, des individus savent  rester accueillantes et aider ceux qui doivent fuir leur pays pour quelque raison que ce soit! Et ce sont eux qui permettent de ne pas désespérer de l’âme humaine.

Les commentaires sont fermés.