Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2020

Une virulente critique des médias

Au début de l'année, j'ai fait une étude sur les séries qui pullulent aux heures de grande écoute, sur les chaînes de la télé publique et surtout celle de la TNT. La majorité des séries sont policières, les autres sentimentales ou de télé réalité,

Dans toutes les séries ce ne sont que sexe, enfant caché, viol, etc… Les couples, la famille sont inexistants et la violence est omniprésente! Violence envers l'autre, violence exprimée en « pétage de plomb » ou  seul on jette, on  casse tout autour de soi en hurlant ! 

Quant au vocabulaire n'en parlons pas « bordel et putain » ponctuent chaque phrase et ajoutez « merde » avec toutes les tournures vulgaires possibles et imaginables. 

Et tout cela en employant  surement pas plus de 1000 mots. Je pense que beaucoup d’amateurs de ces series ne comprendraient pas la moitié des mots qu’on demandait aux élèves de Certificat d’études d’expliquer en questions de dictée!

Je n’avais pas publié cette note car j’avais pensé que j’étais vieille et un peu rétrograde.  Mais l’autre jour, j’ai trouvé un extrait d’un livre de Pierre Jourde  ( écrivain et critique littéraire) qui est encore beaucoup plus sévère que moi! Le voici:

« Les médias ont su donner des dimensions monstrueuse à l'universel désir de stupidité qui sommeille même au fond de l'intellectuel le plus élitiste. Ce phénomène est capable de détruire une société, de rendre dérisoire tous tes efforts politiques.

Lorsqu’on les attaque sur les inepties de leur programme les marchands de vulgarité répliquent en général deux choses : primo on ne donne au public que ce qu'il demande, secundo ceux qui les critiquent sont des élitiste incapables d'admettre le simple besoin de divertissement.

Il n'est pas nécessairement élitiste de réclamer juste un peu moins d'inepties. iIl y a de vrais spectacles populaires de bonne qualité. Le public demande qu'on le conditionne à demander. 

On a presque abandonné l'idée d'un accès progressif à la culture par le spectacle populaire. Victor Hugo, Charlie Chaplin, Molière, René Clair, Jacques Prévert, Jean Vilar, Gérard Philipe étaient de grands artistes et ils étaient populaires. Ils parvenaient à faire réfléchir et à divertir. L'industrie médiatique pas : elle va au plus bas. Chacun a le droit de se détendre devant un spectacle facile. Mais, au point où en sont arrivés les émissions dite de divertissement il ne s'agit plus d'une distraction ! Ces images ces mots plient l'esprit à certaines formes de représentation,  légitiment celle-ci, l'habituent à croire qu'il est normal de penser, parler, agir de cette manière. Laideur, agressivité, voyeurisme ,narcissisme, vulgarité, inculture, stupidité invitent le spectateur à se complaire dans une image infantilisée et dégradée de lui-même sans ambition de sortir de soi ,de sa personne, de son milieu de son groupe , de son choix.

Les producteurs les dirigeants des chaînes privées ne sont pas toujours ou pas seulement des imbéciles. Ce sont aussi des malfaiteurs. On admet qu'une nourriture ou un air vicié puisse être néfaste au corps. Il y a des représentations qui polluent l'esprit »

Merci a cet auteur qui exprime si bien cette vérité: les médias avec les series, formatent la société et ne la mène pas sur le chemin de la culture et de la réflexion!

Écrire un commentaire