Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2019

S'il revenait... comme mon grand père serait heureux!

« La terre est la ressource la plus précieuse du Monde. Et pourtant elle n’est pas appréciée à sa juste valeur. L’or, le pétrole, les minerais et les pierres précieuses se vendent à des prix qui nous ont amené à traiter la terre comme de la simple poussière ».( FAO)

Constat peu réjouissant: en 2019, les sols sont de plus en plus dégradés, de moins en moins vivants. Dans 1 gramme de sol vivaient normalement  jusqu'à 100 millions de virus et microorganismes, il ne reste pratiquement plus rien! Et les rendements baissent dangereusement. Quelles sont les raisons?

Les pesticides, les labours et la monoculture de quelques espèces sont des facteurs d’érosion et de perte de sol. De plus ils  on fait disparaitre les organismes fouisseurs dont les vers de terre qui maintenaient la structure du sol. Ce n’est pas tout: le  surpâturage entraîne une réduction de la biodiversité, S’y ajoute la pollution, souvent chimique, due aux activités agricoles et industrielles et aussi la perte de zones cultivables due à l’extension des zones construites .

Le GIEC, dans un rapport, publié les jours derniers, évalue la gravité de la situation et  propose des solutions. 

Voilà pourquoi j’évoque mon grand père mort en 1960. Car le rapport du Giec rejoint ses réflexions et conclusions! Mon grand père, né dans les années 1880 était un cultivateur avec une très petite ferme traditionnelle. Un de mes oncles a commencé à travailler avec lui avant la guerre de 1939 et dans les années 1950, a pris le « chemin du progrès » comme tant d’agriculteurs. 

Première action, le remembrement avec suppression des rigoles, des chemins bordes de haies et de tous les bosquets qui se trouvaient au coin des champs. Premier froncement de sourcils de mon grand père qui admet l’utilité de grandes parcelles pour l’introduction de la motorisation mais regrette chemins, rigoles et arbres « si utiles ».

Création d’une coopérative qui vend engrais et traitements pesticides et autres plus nourriture pour bovins, cochons, volailles et et fait comprendre que l’agriculture moderne, c’est çà! Elle impose peu à peu ses vues à tous, car on ne refuse pas le PROGRÈS. Mon oncle adhère et se tourne vers une monoculture moderne, commence un élevage de cochons, bref suit le mouvement. 

Pas d’écho quand  son père parle de « rotation des cultures, d’épandre les déchets végétaux, de ne pas laisser le sol nu et de mêler la culture et l’élevage ». 

Car cet homme intelligent et très réfléchi qui essaie sans cesse d’améliorer ses méthodes de culture trouve beaucoup de critiques à faire  aux nouveaux modes de culture. 

Et je souris en voyant 60 ans après sa mort, ce que propose le GIEC? 

  • agroforesterie, mêler les arbres aux cultures
  • mêler polyculture et élevage
  • rotation des cultures
  • recycler la biomasse, les déchets végétaux
  • couvrir les sols et faisant pousser des plantes entre les cultures. 

Mot pour mot les méthodes de mon grand père! 

Je souris encore en l’évoquant revenant des champs avec mon oncle, au pas lent de ses 2 « bœufs jouqués » 

Il se penchait, prenait un peu de terre, l’émiettait, la regardait, la sentait puis émettait un avis pour l’avenir, semer telle ou telle plante, laisser en jachère, « chauler » etc....

Car toutes ces méthodes employées déjà du temps des Grecs et Romains ont été améliorées par toutes les générations passées qui aimaient et respectaient leur Terre ...tout au moins jusqu’à la fin de la guerre où on a nié toute valeur au passé!