Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2017

La méthode globale, responsable de tous les maux de la jeunesse actuelle? de qui se moque-t-on?

Je ne pensais pas reprendre mon blog avec un sujet pédagogique.Mais je suis stupéfaite de constater que la méthode globale revient en accusée sur le devant de la scène! Un serpent de mer qui dure depuis les années 70.

Les jeunes ne savent plus lire, ne comprennent pas ce qu’il lisent… constatation, consternation…. la lecture globale est responsable. Niveau bac, « ils ne savent  pas lire » et n’aiment pas çà, pas de doute, au CP, ils ont eu une maitresse qui pratiquait la lecture globale

Ceux qui dissertent sur le sujet savent-il que la méthode globale qui avait été élaborée pour la première fois en 1787, s’est développé au début du XXe siècle sur l’impulsion d’Ovide Decroly, a partir d’études de la psychologie de l’enfant et avec une rigoureuse démarche scientifique . On l’ a appelé le « père de la méthode globale «  et écrit qu’il avait agi « en vrai savant ».
Cette méthode est peu entrée dans les écoles a son époque mais, dans les années 70, après les événements de 1968, on l’a brusquement mise à la mode tout en la réduisant et en la modifiant.En ces années où on voulait tout changer, on a imposé aussi les mathématiques des ensembles pour apprendre un compter. Encore, un beau sujet pour disserter à l’infini !

Peu d’instituteurs se sont essayé aux 2 nouvelles manières d’enseigner la lecture et le calcul.

Nous sommes une famille d’enseignants et n’avons vu que 2 institutrices pratiquant la méthode uniquement globale et ce, pendant 75 ans … ma mère pendant les 15 derniers années de a carrière, 2 de mes enfants pendant toutes leurs années de « professeurs des écoles » ( et oui, on avait même changé de nom) et moi-même « maîtresse » de CP pendant 30 ans, en tout c’est bien 75 ans d’enseignement, de 1926 à 2010 et seulement 2 institutrices pratiquant vraiment la méthode globale!
…. De plus, c’étaient de bonnes institutrices et leurs élèves lisaient très bien!

S’appuyer, dans les premiers mois, comme je l’ai fait pendant toute ma carrière sur les mots qui parlent aux enfants me semble normal et susceptible de l’intéresser plus que la litanie des R.I ri, T.A etc… .
Ces mots, ils les connaissent soit parce qu’ils les ont appris à l’école maternelle, soit, (j’ai eu pendant 15 ans une classe rurale ou les enfants entraient à 4 ans et passaient 4 ans avec moi de la section enfantine au CE2) parce qu’ils les ont piqués et mémorisés dans la vie de tous les jours, avec ou sans l’aide de leur parents. Tous reconnaissent « maman, papa", souvent « pépé, mémé », les prénoms des frères et soeurs le nom de la commune et de ses commerces, celui du journal lu a la maison, De plus, a mon époque, ils connaissaient la suite du nom des pots alignés sur chaque cheminée «  sucre, café, farine, pâtes, sel, poivre » Et tant d’autres encore!  
Mais après, il faudra bien analyser, recomposer des mots a partir de syllabes et toute institutrice l’a fait.

Alors parler de la méthode globale comme cause de tous les maux et en faire une affaire d’état avec, à la clé, une bataille entre gens qui n’y connaissent rien, me semble une grave erreur.

Ma prochaine note continuera a parler de ce sujet

22/08/2017

Me voici de retour... après 6 mois d'absence!

6 mois que j’ai abandonné mon blog! Je n'aurais jamais cru cela possible! Tous mes lecteurs habituels ont du penser que 85 ans était le bon âge pour déserter ou alors que j’étais morte.
Tant de choses se sont enchainées! d’abord une maladie qui, pendant 2 mois m’a éloignée de mes activités préférées et, ce temps de réflexion m’a amenée a me poser beaucoup de questions. Car si je n’écrivais pas, je relisais les notes de ce blog et me demandais à quoi et à qui il pouvait être utile?
Et puis il ne correspondait pas à ce que j’avais voulu, je l’aurai aimé positif et optimiste pour l'avenir de mes petits enfants

- A quoi bon disserter sur la marche du monde quand on ne peut peser sur elle ?
- Moi qui n’ai jamais voulu dire que « de mon temps c’était mieux » privilégiant le terme «  de mon temps, c’était différent » m’apercevais que les critiques pleuvaient et que la rubrique «  des raisons d’esperer » n’était pas bien riche.
- Il y a eu l’élection de Trump et la floraison de « fake news » élevées au rang de Vérité avec un climat de rejet et de haine qui s’installait. Tellement contraire à mes valeurs que je ne pouvais pas ne pas m’indigner!
- Enfin la campagne électorale française m’a découragée. Ou était la « Noblesse de la Politique pour le mieux être du Peuple » prônée par mon grand père paternel dans les années 1930/40? J’ai eu honte, honte de ce que j'entendais voyais et découvrais chaque jour.

Dans la Vie ( ma revue préférée moi qui suis agnostique ) l’éditorail de JP Denis parlait «  de concours de chiens enrubannés » et JC Guillebaud , avait intitulé son Bloc Notes… « Ils nous font honte » et citait une phrase d’un théologien méconnu du XIXème siècle « La différence entre le politicien et l’homme d’état est la suivante: la premier pense à sa prochaine élection, le second, à la prochaine génération ».

C’est alors que j’ai pensé qu’il serait temps de fermer ce blog, je n’avais jamais voulu qu’il refléte seulement mon indignation.
6 mois de silence, des tas de dossiers et d’articles en cours. Je n'avais que 2 alternatives, écrire mes notes pour moi dans une sorte de journal intime ou reprendre ce blog? Plusieurs ami(e)s m’ont incité à continuer.

Me revoici donc avec une nouvelle version de " A propos", une nouvelle "pensée du jour", une nouvelle citation pour "un livre, un jour...". Et a bientôt!