Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2017

Très bel appel du Maire de Berlin à Donald Trump!

Une amie m’a transmis hier l’appel du maire de Berlin à Donald Trump, le suppliant de ne pas construire de mur. Le texte était en anglais, j’ai compris le sens, mais je voulais trouver la traduction exacte.
J’ai donc demandé a Google …. aucune mention d’une intervention du Maire de Berlin dans mes premières recherches. En approfondissant et changeant un peu les termes de ma demande, j’ai trouvé oui, sur… un site belge…. et …. un site canadien! Pourquoi pas dans les médias français?

Berlin et son mur!  si quelqu’un peu parler des souffrances engendrées par un mur, c’est bien le Maire de cette ville. 
Il écrit: « Berlin, la ville de la division de l'Europe, la ville de la liberté de l'Europe, ne peut pas rester muette lorsqu'un pays prévoit de construire un nouveau mur »…, « Nous, les Berlinoises et les Berlinois, savons toute la souffrance qu'a causée à un continent entier une division cimentée par des barbelés et un mur. Des millions de gens se sont vu ôter toutes perspectives de vie »… « J’appelle le président des Etats-Unis à ne pas prendre le mauvais chemin, celui du repli sur soi et de l'exclusion. Partout où de telles frontières existent, comme entre les deux Corées ou à Chypre, elles créent de la servitude et de la souffrance"

Il rappelle que le 12 juin 1987 à Berlin-Ouest, le président américain Ronald Reagan avait adressé à son homologue soviétique, Mikhaïl Gorbatchev: la supplique suivante: « Tear down this wall!" ("Abattez ce mur!"). et termine sa "lettre" par ces mots:
« Dear Mr. Président, don't build this wall! » ("M. le président, ne construisez pas ce mur! »).

Peu de chance d’être entendu, puisque Trump vient de remplacer le responsable de l’immigration et des douanes!

Et voici ce matin ce que je lis dans la version numérique d’Ouest France!
« Tous les jours, depuis le 20 janvier, c'est devenu un rituel. Le nouveau président américain, entouré de sa garde prétorienne, est assis à son bureau.
On le voit en train de parapher un document, qu'il s'empresse de montrer aux caméras, visiblement satisfait de lui-même. Si une bulle pouvait apparaître dans le coin de l'écran, on y lirait : « Vous avez vu ? Gouverner, c'est simple ! On signe et c'est fait ! ».
Les oukases de Donald Trump fusent de la Maison-Blanche comme des éclairs. Et le monde n'en croit pas ses yeux. A la hussarde, Donald Trump s'est emparé des décrets présidentiels pour imprimer sa marque. »

Les critiques fusent du monde entier, en Amérique de la Silicon Valley, évidemment avec tant de chercheurs de renom étrangers, mais venues aussi de tant et tant de gens ordinaires, très inquiets du devenir du monde! Mais que faire?...  il a été  élu!

Dans la prochaine note, on parlera psychologie des électeurs. Car les psychologues du monde entier cogitent ferme sur ce sujet.

Les commentaires sont fermés.