Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2019

Réflexions à propos des évènements actuels.

Je viens de trouver , venant d’un « ami » Facebook, la photo de Macron en Hitler suivie d’un commentaire qui m’a révoltée. 

Macron traité de dictateur,  comparé à Hitler! la petite fille qui a vécu la guerre commencée pour ses 9 ans, aux vacances 1939 et terminées aux vacances 1945, soit 5 années de sa vie d’écolière ne peut admettre un tel amalgame. 

Ma mère qui avait vécu la guerre de 1914 au même âge que moi, mes 2 grands pères qui avaient été mobilisés a 32 ans et avaient passé près de 5 ans, loin de leur femme et enfants, tous disaient que la guerre rendait different ... pour la vie. C’est ce que je pense!

À près de 87 ans tant de dates font encore monter en moi des sensations, des visages et des souvenirs aussi nets que ceux d’hier. Et je crois que je pourrais tout raconter de chaque journée , tant pour moi, c’est toujours présent. 

Je ferai une note pour expliquer l'Allemagne d'Hitler. Comment oser écrire qu’on est en dictature? Comment comparer Macron à Hitler? La liberté existe dans notre pays. Et comment mettre en avant la pauvreté invivable soi-disant, autorisant tous les débordements? Car la pauvreté est tellement relative par rapport au passé! 

Mais la société a changé. J’ai lu le livre «Génération, j’ai le droit » de Barbara Lefebvre. Et j’ai trouvé cette phrase qui résume notre époque.

« Le citoyen est un individu autorisé à ériger son droit singulier en obstacle à l’exercice d’un pouvoir légitime au service du bien commun ».

Car il y a des règles à la vie en société, des lois que tout le monde doit suivre, des règles que les gilets jaunes violent allègrement tous les jours. En un mot les droits amènent des devoirs

Révoltée par les injustices, je suis de tous les combats pour une société meilleure, d’abord, petite fille en suivant  mes parents avant de manifester moi même . Mais je méprise ce déferlement de haine qui conduit à la violence irraisonnée et je n’ai que mépris pour ceux qui croient résoudre ainsi les problèmes. 

Démolir, brûler, casser, frapper, comment peut on imaginer faire avancer le monde de cette façon? Helas, depuis le début du XXI eme siècle et chaque jour davantage, "péter les plombs" en hurlant et agressant, c’est devenu une façon de réagir. On voit souvent les parents d’élèves agresser les maîtres, les patients agresser les médecins sans même parler du racisme devenu ordinaire. Et en ce moment les députés macronismes sont de plus en plus menaces de mort! 

Quelle tristesse car avec les réseaux sociaux (que j’ai utilisé avec intérêt et qui me répugnent maintenant), on assiste a un défoulement permanent ou tout est permis, l’appel à la violencé  et la haine envers le monde entier, avec la propagation des fausses nouvelles et des interprétations  les plus erronées. Un ordinateur et quelques applications, et c’est à la portée de n’importe qui de créer un faux texte officiel et de falsifier les photos. Et c'est tellement valorisant! Ajoutons à cela que chaque commentaire distille une pincée de haine,  de violence verbales, d’insanités, d’ordures

Mais où sont passées les valeurs de civilisation qui étaient en honneur chez les humbles entre les 2 guerres. Triste époque, décidément! Si mes grands pères revenaient, quelle déception en découvrant cette jungle. 

Je terminerai par une anecdote. Un jour, j’attendais le bus à côté d’une femme aussi vieille que moi. Arrivent 2 filles jeunes mais pas des ados, smartphone à l'oreille en train de discuter avec une copine  qui arrivait dans le bus, qu’elles attendaient et qui allait les rejoindre dans quelques minutes. Conversation débile tout en disant en riant qu'elle n'arrivait pas vite et qu’elles allaient « exploser » leur forfait. Grands gestes en voyant la copine dans le bus, elles montent et ma voisine me dit «  vous avez entendu? Ah! Celles là, il leur faudrait une bonne guerre pour apprendre é vivre.». 

J’étais outrée car pour rien au monde , je ne souhaitais une guerre a un homme, encore moins a un jeune. Cette anecdote remonte à une dizaine d’années et je repense maintenant à cette  phrase ou je finis par trouver du vrai, car le comportement infantile de beaucoup de mes  concitoyens , jeunes et moins jeunes me navre. 

Cette culture de la violence, c’est une affirmation du « soi »... je suis la, j’existe et j’ai le droit! Navrant, vraiment. 

11/12/2018

Non, je ne suis plus d'accord avec les Gilets Jaunes!

Comment en suis je arrivée à critiquer les actions  des gilets jaunes? Je me suis depuis toujours engagée dans les luttes contre les inégalités sociales, mes parents, mes 4 grands parents  ont toujours aussi lutté pour une meilleure qualité de vie. 

Et pourtant cette fois, je me reconnais plus dans ces manifestations. Il y a à cela 4 raisons: 

  • d’abord la violence. Lorsque des casseurs sont intervenus dans des manifestations pour l’écologie, par exemple, j’ai cessé d’y participer. Et pourtant ce n’étaient pas des scènes de guerre comme on a vu ces derniers samedis. La violence est inadmissible, inexcusable, elle ravale l’être humain au rang de la bête! Et pourtant que ce soit dans les familles, sur la route, dans les banlieues, partout, notre homme du XXI eme siècle « pète les plombs » pour un oui, pour un nom, ne sait plus ce qu’il dit, ni ce qu’il fait.... et en est très fier! 
  • ensuite la haine et la vengeance, jadis péchés capitaux sont  très à la mode maintenant! Les gilets jaunes de bonne foi, réfléchis, qui voulaient rencontrer le président, ont été menacés de représailles sur leur personne, leurs proches, leurs enfants mêmes. La député qui ne connaissait pas le smic a reçu  des menaces de mort, idem pour le neveu de Brigitte Macron, qui ne doit pas avoir grande influence sur les décisions de son « oncle »! Encore une fois , humilier,  faire mal, parce qu’on ne sait qu haïr et condamner est devenu pour certains une règle de vie. La violence verbale est aussi grave que la violence du casseur. 
  • les fake news! Voilà bien quelque chose qui me met hors de moi. Inventer des mensonges, travestir la vérité, changer quelques mots dans des lois et les lancer sur les réseaux sociaux, Facebook en particulier,  ou il vont tourner en boucle,  relayés mêmes par des « relations » qu’on apprécie.  Pourtant il n’est pas difficile de trouver la vérité. Combien de fois ai je reçu des infos, surtout anti musulmans ou immigrés qui m’horrifiais et je me précipitais sur Hoax.com pour apprendre si c'était un bobard, comment il était né et je découvrais parfois qu'il tournait sur les réseaux sociaux depuis des années. Maintenant plusieurs journaux détectent et expliquent ces  contre vérités. Je passe du temps a rechercher la vérité sur tout ce qu’on écrit, beaucoup de temps, mais ça vaut la peine, car dans le monde actuel, un mensonge n’attend pas l’autre, mensonge éhonté souvent. Et même chez les grands de ce monde, Trump donnant l’exemple depuis son élection. Décidément Goebbels avait raison en écrivant , à propos de la propagande et du lavage de cerveau du peuple: «  plus le mensonge est gros, mieux il passe! ». Et maintenant, il se répercute à l’infini sur les réseaux sociaux avec des commentaires violents haineux, indignes encore une fois d’un être humain. 
  • encore un sujet qui me revolte, l’attitude des casseurs devant la justice. Beaucoup de gens normaux dans la vie, des jeunes bien intégrés qui ne savent que dire « J’ai pas voulu çà, je ne comprends pas pourquoi j’ai agi comme ça, je me suis laisse entraîné par la foule,   j’ai pas fait exprès. » Alors là, j’explose, .... j’ai pas fait exprès!!! la grande excuse de la cour de récréation dans un cours préparatoire, pour mes petits de 6 ans!!!! Ça me rappelle toutes les leçons de morale faites à partir de scènes de vie de notre classe  qui commençaient par ces mots!

Grandir, ça veut dire réfléchir, être capable d’esprit critique, et penser toujours aux conséquences de ses actes.... et par dessus tout gérer ses contrariétés sans exploser. Voilà pourquoi je me pose beaucoup de questions. Les revendications des gilets jaunes parties des taxes sur l’essence, réclament tout et son contraire et veulent tout... tout de suite. Il n’y a pas beaucoup de réflexions dans tout çà!

Et l’intervention de  Macron hier soir, ne trouvera pas beaucoup de compréhension chez la plupart des gilets jaunes. Pour toutes ces raisons, après avoir  été sympathisante de ce mouvement j’y suis devenue de plus en plus réservée puis opposée.

Et de plus, je n’ai pas abordé la gêne occasionnée à des travailleurs, à des commerçants, à des gens qui gâlèrent autant que les manifestants! 

28/11/2018

Reflexions sur l'usage de la voiture en France!

Depuis les manifestations des gilets jaunes, et les débordement de toutes sortes  à propos des taxes sur les carburants,  je m’interroge de plus en plus sur l’usage de la voiture. 

Une chose m’étonne, on manifeste contre les taxes, mais on ne veut rien faire pour éviter d’être toujours en voiture. Des voisins font 700m m pour aller chercher leur journal ou 850m pour aller à super U, Quant aux femmes dont les  voitures encombrent la rue entière devant l’école, combien habitent à moins de 500 m? 

Et ça ferait tellement de bien aux enfants de marcher un peu et d’apprendre à se  repérer, car je suis vraiment choquée quand je lis  qu’à 500 m de chez eux les enfants ne savent plus où ils sont. N’auront-ils aucune autre solution devenu grands que le GPS dès qu’ils sortiront de l’aire connue. Quand je pense à l’aptitude de mes élèves et de mes enfants à se débrouiller seuls, à pied ou à vélo, et a leur faculté d’agrandir leur aire connue à chaque sortie autour du lieu de vie, je constate une réelle régression.

Un autre sujet d’étonnement  est le comportement des automobilistes sur la route. Ils ont manifesté  déjà lors du passage de 90 à 80 sur les routes de campagne. Ils ignorent sans doute que ces  10 km en moins leur font économiser 10% de carburant , ce n’est pas négligeable. Dans le monde camping-cariste que je connais bien, j’ai observé des différences considérables. Avec le même véhicule, une conducteur responsable avec une vitesse limitée consommait 7 à 8 l ou 100 alors que certains dépensaient 11 l. Ne pas piler  sur les ronds-points ne pas accélérer en en sortant, ralentir sans freiner avant l’obstacle, rouler à 100 au lieu de 130 sur autoroute, tout cela faisait la différence.

Je m’efforce de rouler à 80, résultat on me double beaucoup plus qu’avant, souvent à la limite du raisonnable, dans les ronds points ou sur la file de gauche de la route quand il y a un « haricot », marquage au sol séparant les voies. Les fourgons, les poids lourds ( sans doute parce qu’ils sont au travail) collent derrière moi jusqu’à ce qu’une ligne droite leur permette un passage. Et je les perds de vue très vite, car mon 80 les a indisposés. 

Alors je ne suis pas vraiment d’accord avec les manifestations. Faire  des économies de carburant par une conduite responsable et un emploi raisonnable de leur voiture leur en ferai faire beaucoup plus que de baisser les taxes. Elles sont peut-être exagérées, mais il est normal  de n’avoir pas le droit de faire ce que l’on veut sur la route, et il est anormal de ne plus savoir marcher et de faire quelques centaines de mètres par jour alors que nos grands-parents faisaient  20 à 25 km ... à pied!

Et comment font les habitants des pays ou 50 % des déplacements se font à vélo ? Les pays au nord de la France nous font entrer dans un autre monde. Je l’avais écrit sur ce même blog dans le passé.